Université de Montpellier

Prix & distinctions

La médaille d’excellence de la société minéralogique européenne

Le 17 août 2017 à Paris, pendant la Goldschmidt conférence 2017, Sylvie Demouchy (Géoscience Montpellier) a reçu des mains de Michael Carpenter président de l’European Mineralogical Union, la médaille d’excellence en recherche 2016 décernée par La société minéralogique européenne (EMU).

Chaque année depuis 1995, l’EMU récompense un jeune chercheur (moins de 40 ans) pour sa contribution importante à la recherche en minéralogie, et pour son implication dans la communauté scientifique européenne. Elle est récompensée pour ses contributions à la géochimie expérimentale appliquée à la physique des minéraux, en particulier concernant le cycle de l’eau dans la Terre profonde et la rhéologie de l’olivine.

Le prix “Paul Silver” pour David Mainprice

Le prix “Paul Silver” de l’AGU (American Geophysical Union), est décerné cet année à David Mainprice, directeur de recherche CNRS à Géosciences Montpellier. Ce prix lui sera décerné en décembre prochain à la Nouvelle Orléans.

David Mainprice recevra le prix Paul G. Silver pour « contribution scientifique exceptionnelle » lors de la réunion d’automne de l’American Geophysical Union, qui se tiendra du 11 au 15 décembre 2017 à la Nouvelle-Orléans. Ce prix récompense des contributions remarquables dans les domaines de la géodésie, de la sismologie ou de la tectonophysique par le biais du mentorat de jeunes collègues, du leadership d’initiatives de recherche communautaire ou d’autres formes de collaborations altruistes dans la recherche.

David Mainprice a apporté une contribution fondamentale à la compréhension de la dynamique de notre planète en jouant un rôle majeur dans l’établissement des liens entre les textures des roches et leurs propriétés physiques. Cette approche pionnière fournit les clefs pour l’interprétation des déformations dans la Terre profonde à partir de données géophysiques. Ce prix récompense en particulier son engagement, tout au long de sa carrière, pour l’amélioration des techniques et le développement de logiciels en libre accès dans le domaine de la pétrophysique, aujourd’hui largement utilisés par la communauté mondiale des géosciences.

Odile Eisenstein « Docteur Honoris Causa » du Technion

Crédit photo Technion

Odile Eisenstein, Directrice de Recherche Emérite au sein du Département de Chimie Physique de l’Institut Charles Gerhardt Montpellier, vient de se voir attribuer le titre de « Docteur Honoris Causa » du Technion.

Odile Eisenstein est membre de l’Académie des Sciences depuis 2013 et Professeur adjointe au Centre for Theoretical and Computational Chemistry d’Oslo. Chimiste théoricienne de renommée internationale, elle est reconnue pour ses travaux sur les comportements des métaux en transition et a été récompensée à de nombreuses reprises pour ses recherches sur la prédiction de propriétés et processus inconnus, ainsi que pour ses contributions exceptionnelles à la compréhension théorique de la structure et de la réactivité des métaux de transition pour la catalyse.
En 2017, elle s’est vu attribuer le prestigieux Centenary Prize de la Royal Society of Chemistry pour l’ensemble des ses recherches.

Prix de thèse

Claire Cuyamendous, Ingénieure Chimiste de l’ENSCM, promo 2012, vient de recevoir le prix de thèse 2016 de la SFEL (Société Française pour l’Etude des Lipides). Ces travaux de thèse intitulés « Synthèses Totales de Phytofuranes, nouveaux métabolites de l’acide α-linolénique » ont été effectués, avec le soutien de l’Université de Montpellier (Contrat Doctoral-UM, ED 459-Chimie), à l’Institut des Biomolécules Max Mousseron (IBMM) de Montpellier, sous la direction du Dr. Jean-Marie GALANO et du Dr. Camille OGER.

Les travaux de Claire Cuyamendous ont permis de découvrir de nouveaux métabolites nonenzymatiques oxygénés de l’acide a-linolénique (C18 :3 n-3, ALA) et de confirmer leur présence dans les graines de Chia, de noix et de lin (Cuyamendous et al. Chem Comm. 2015, 51, 15696-15699). Plus récemment, ses travaux de synthèse et leur détection dans des graines et huiles de Chia, développés par la société PANAM de Toulouse, ont permis le lancement d’une Filière Chia de France, dont la journée scientifique de lancement est organisée, par la Région Occitanie, à la Cité Universitaire, aux portes de Paris, le 27 Juin 2017.

Prix Guy Carcassonne

Mesdames Cécile Lefrancois et Clémence Vialatte, toutes deux doctorantes contractuelles en droit pénal, au sein de l’Equipe de droit pénal de Montpellier (EDPM-UMR 5815), sous la direction des Professeurs Didier Thomas et Marie Christine Sordino, ont reçu le Prix Guy Carcassonne dans sa 4ème édition, le 7 juin 2017, au Conseil Constitutionnel. Ce Prix est décerné sous la houlette du Conseil Constitutionnel et du Club des Juristes.

Les deux doctorantes ont été distinguées pour la grande qualité de leur article, portant sur une question de droit constitutionnel, le revenge porn et qui a été publié dans le journal Le Monde (édition du 9 juin 2017) et dans la revue Pouvoirs.

Camille Oger : prix de la Société de chimie de France – prix jeune chercheur 2017

Camille Oger, 32 ans, a obtenu son Master de chimie à l’Université Pierre et Marie Curie en 2007 avant d’effectuer ses travaux de thèse au sein de l’Institut des Biomolécules Max Mousseron à Montpellier, sous la direction commune des Drs. Thierry Durand et Jean-Marie Galano. Sa thèse, soutenue en 2010 a été axée sur le développement d’une nouvelle stratégie de synthèse des neuroprostanes, des métabolites des acides gras polyinsaturés. Elle est ensuite partie rejoindre l’équipe du Pr. Ilan Marek au sein de la faculté de chimie du Technion (Haïfa, Israël) pour effectuer un stage post-doctoral portant sur la synthèse de l’Erythronolide A via l’accès « one-pot » à des stéréopentades de type polypropionate. En 2011, elle a été recrutée comme Maître de Conférences au sein de la faculté de pharmacie de l’Université de Montpellier dans l’équipe du Dr. Thierry Durand, et a obtenu son HDR en 2016.

Les travaux de recherche de Camille Oger, à l’interface avec la chimie analytique et la biologie ont permis le développement de nouveaux biomarqueurs du stress oxydant plus spécifiques et précoces (ex : syndrome de Rett), mais également des activités biologiques intéressantes (ex : anti-arythmiques). Camille Oger est co-auteur de 50 articles, 4 brevets ainsi que 2 chapitres de livre. Elle s’est également investie au sein de la SCF comme présidente de la section régionale Languedoc-Roussillon, membre créateur du RJ-SCF et secrétaire de l’European Young Chemists’ Network (EYCN).

Sara Cavaliere, médaille de bronze du CNRS

Enseignante-chercheuse à l’Institut Charles Gerhardt Montpellier, Sara Cavaliere vient d’être distinguée par la médaille de bronze du CNRS, qui récompense « les premiers travaux autonomes d’un chercheur, spécialiste de talent dans son domaine ».
Ce prix prestigieux vient couronner des avancées particulièrement prometteuses réalisées dans le domaine de la conversion et du stockage de l’énergie grâce à l’utilisation de nanofibres polymère et céramique.

Jamal Tazi reçoit la médaille de l’innovation du CNRS !

Professeur à l’Université de Montpellier, Jamal Tazi a été récompensé cette année aux côtés de 3 autres chercheurs par la prestigieuse médaille de l’innovation du CNRS. Au cœur de ses travaux actuels, la molécule ABX464, actuellement en phase 2 d’essai clinique, qui pourrait jouer un rôle clé dans la mise au point d’une guérison fonctionnelle du virus du Sida.

Âgé de 57 ans, ce professeur spécialisé en génomique fonctionnelle dirige une équipe de recherche au sein de l’Institut de génétique moléculaire de Montpellier (CNRS/Université de Montpellier). Ses travaux dans le domaine de l’épissage alternatif  des ARN pré-messagers ont permis plusieurs découvertes majeures, ouvrant de nouvelles pistes pour le traitement de maladies virales et génétiques. Jamal Tazi mène par ailleurs des travaux visant au développement de nouveaux candidats médicaments antiviraux. Il dirige le laboratoire coopératif CNRS-Abivax, nommé Abivax Therapeutics (ex-Splicos Therapeutics), créé en 2009 par sa société et le CNRS.

Montpellier Université d’Excellence : une tradition d'innovation

2017 Jamal Tazi (UM, biologie-santé) > Médaille de l’innovation CNRS
2017 Université de Montpellier est 15e européen dans le classement Reuters « Europe’s most innovative universities »
2014 Patrick Valduriez (Inria, informatique) > Prix de l’innovation Inria – Académie des sciences – Dassault systèmes
2014 Claude Grison (UM, chimie verte) > Médaille de l’innovation CNRS
2011 François Pierrot (CNRS, robotique) > Médaille de l’innovation CNRS

Odile Eisenstein, lauréate du Centenary Prize 2017 de la Royal Society of Chemistry (RSC)

Odile Eisenstein chimiste théoricienne au sein du Département de Chimie Physique (CP) de l’Institut Charles Gerhardt Montpellier (CNRS/UM/ENSCM), Professeur adjointe au Centre for Theoretical and Computational Chemistry (CTCC) d’Oslo et membre de l’Académie des Sciences, vient de se voir attribuer le prestigieux Centenary Prize de la Royal Society of Chemistry.
Cette nouvelle récompense prestigieuse salue les contributions exceptionnelles d’Odile Eisenstein dans le domaine des complexes de métaux de transition pour la catalyse incluant la prédiction de propriétés et/ou de chemins de réaction.

Rappelons que le Centenary Prize de la RSC est attribué à des chimistes de renom qui ont un talent reconnu d’orateur et donne par ailleurs, l’occasion à des scientifiques exerçant hors des Iles Britanniques, d’y donner une série de conférences. Odile Eisenstein partage ce prix avec Williams Evans de l’Université de Californie à Irvine et Ben Feringa (Nobel 2016) de l’Université de Groningen.

Concours National de Plaidoirie en propriété Intellectuelle (CN2PI)

Le Concours National de Plaidoirie en propriété Intellectuelle (CN2PI) qui s’est tenu, cette année, à Paris les 12-13-14 avril 2017 fut une belle édition. Il était organisé par la Faculté de Droit Jean-Monnet de Sceaux (Université Paris-Sud). Au programme un cas pratique portant les contrats d’exploitation en droit d’auteur, sur lequel les étudiants avaient travaillé pendant deux mois, avant de le plaider devant des jurys composés de professionnels spécialistes (universitaires, magistrats, avocat, conseils en propriété industrielle et juristes). Cet exercice permet de perfectionner la formation des étudiants au travail en équipe, à la construction d’une argumentation et à l’art de la plaidoirie dans des conditions assez proches de la réalité. Cet événement qui provoque les rencontres entre les étudiants et les praticiens du droit, favorise ainsi grandement leur insertion professionnelle.

L’université de Montpellier peut ainsi se targuer, cette année encore, d’avoir formé les lauréats du Concours (Anadja Galli, Frédéric Herpin et Gaëlle Ptak), qui sont issus du Master 2 Droit de la propriété intellectuelle et TIC de la Faculté de Droit. Ils affrontaient, en finale, l’équipe de la Faculté de Droit de Toulouse. Le concours ne pourrait chaque année être organisé sans le soutien de nombreux partenaires, cabinets d’avocats (Vercken et Gaullier, NFA, Zorn, Laropoin, CVS), conseils en propriété industrielle (Regimbeau), éditeurs de revues spécialisées (Dalloz IP/IT, Propriétés intellectuelles, JCP, etc.), associations de professionnels (Apram), ordres professionnels ou encore sociétés de gestion collective (Sacem). Ils ont remis à l’équipe des lauréats de nombreux prix pour récompenser leurs performances.

L’équipe de Montpellier s’est donc à nouveau distinguée, pour la troisième fois, depuis que le concours existe (2009).

Prix Jeune Entrepreneur catégorie « nouveaux services », organisé par La Tribune et BNP Paribas

Depuis quatre ans, et avec le soutien de ses partenaires, La Tribune récompense tous les ans, sept startups lauréates en Green business, Médias & Culture, Santé, Industrie, Nouveaux Services, Numérique et Start. Un seul mot d’ordre : Encourager les jeunes talents possédant un dynamisme entrepreneurial exceptionnel. Au départ, 1000 startup à travers la France, en compétition pour passer l’étape des sélections régionales.

C’est au terme d’un mois d’appel aux votes et de la journée du grand oral, que la société Arthur Dupuy s’est imposée dans la catégorie « nouveaux services » face à ses six concurrents : Decidendo, My tailor is free, Singa France, Location Eventis, We farm up et Elamp. Elle remporte 30 000 € d’achat d’espace publicitaire sur La Tribune.

La société ARTHUR DUPUY® SAS s’est créée sur les compétences et savoirs disciplinaires d’un binôme solide constitué par ses cofondateurs Arthur Dupuy, diplômé de l’Institut Paul Bocuse en management et gestion de l’hôtellerie de luxe & Diplômé en oenologie de l’Université du Vin de Suze-La-Rousse, et le Dr. Isabelle Parrot, enseignant-chercheur en chimie des parfums et arômes à l’IBMM de l’Université de Montpellier.

Spécialisés dans la création de logo olfactif ou LOGOLF, leur métier consiste à traduire une marque, un logo visuel, en langage olfactif par la création d’un parfum identitaire unique.
Si le marché utilise la plupart du temps des fragrances standards et stéréotypées issues du marketing de masse et donc peu différenciantes, leur ambition est de devenir la référence nationale (voire européenne) de la création de signatures olfactives sur mesure.

Pour plus d’informations, contactez le 04 67 14 49 86 ou bien rendez-vous sur le site www.arthurdupuy.com

Deux étudiantes lauréates de la 8ème édition du concours U’Cosmetics

U’Cosmetics est un concours étudiants de formulation cosmétique organisé par l’UCO Bretagne nord et TTDO Marketing à Guingamp. Le prix spécial Coup de coeur de la 8ème Edition a été attribué à DIAMOR projet porté par Ophélie VANDESANDE et Alexandra CALCAVECCHIA.

Anne-Caroline Genix, lauréate du prix commun SFP/GFP

Anne-Caroline Genix, maître de conférence au Laboratoire Charles Coulomb (L2C, CNRS/Université de Montpellier), est lauréate du prix commun SFP/GFP décerné par la Société Française de Physique et le Groupe Français d’études et d’applications des Polymères en 2016 pour ses travaux dans le domaine des nanocomposites polymères.

Par ses résultats, elle a contribué à une meilleure compréhension de l’organisation structurale des chaînes de polymère et des nanoparticules dans les nanocomposites, qu’ils soient de type « modèles » ou proches de l’application industrielle (ici pneumatique), c’est-à-dire fortement désordonnés et polydisperses. Ses travaux, réalisés au sein de l’équipe Matière Molle du L2C en collaboration avec Julian Oberdisse, sont basés sur l’analyse des spectres de diffusion des neutrons ou des rayons X aux petits angles et la mise en place de plusieurs développements méthodologiques utilisant des simulations numériques de type Monte Carlo.

Le prix commun SFP/GFP est attribué tous les 2 ans « à des chercheurs de moins de 40 ans ayant présenté des résultats scientifiques ou techniques originaux et importants dans le domaine des polymères ».

Déborah Jones, nommée « Fellow » de l’Electrochemical Society (ECS) classe 2015

Déborah Jones de l’équipe Agrégats, Interfaces, Matériaux pour l’Energie (AIME) de l’Institut Charles Gerhardt Montpellier (ICGM) vient de se voir décerner la prestigieuse distinction de « Fellow » classe 2015 par l’Electrochemical Society (ECS).

L’Electrochemical Society comporte plus de 9000 chercheurs et ingénieurs répartis dans 75 pays, ainsi que 100 institutions ou sociétés. Cette distinction prestigieuse est accordée tous les ans en reconnaissance d’une carrière scientifique internationale exceptionnelle dans le domaine de l’électrochimie et des sciences de l’état solide ; et d’un service remarquable à l’ECS. Dans toute son histoire, la société savante n’a accordé cette prestigieuse distinction qu’à 4 chercheurs en France. Une cérémonie officielle aura lieu lors de la session plénière de la 228ème conférence ECS à Phoenix en Arizona, au mois d’Octobre 2015.

Déborah Jones est Directrice Adjointe de l’Institut Charles Gerhardt Montpellier, à la tête du Département « Chimie du Solide et de la Matière Divisée » depuis le 1er Janvier 2015. Auparavant, elle a dirigé pendant 5 ans l’équipe de Recherche « Agrégats, Interfaces et Matériaux pour l’Energie » (AIME) de l’ICGM. Elle est aussi membre de l’International Society of Electrochemistry (ISE), l’autre grande société internationale d’électrochimie pour laquelle elle a exercé la fonction de Présidente de la Division « Electrochemical Energy Conversion and Storage » de 2011 à 2013.

L’obtention de cette haute marque de distinction souligne indéniablement la qualité de la Recherche au sein de l’Institut Charles Gerhardt Montpellier et contribue ainsi largement à l’image d’excellence de la Recherche en Languedoc-Roussillon.