50 ans de succès pour les IUT

Ils forment de futurs professionnels de talent, que s’arrachent les recruteurs. Les IUT ont 50 ans : l’occasion de mettre en lumière ces instituts universitaires qui offrent aux jeunes un véritable passeport pour l’emploi.

Des formations adaptées aux besoins des marchés et des secteurs d’activités, des diplômes qui répondent aux attentes des futurs employeurs : la bonne idée s’appelle IUT. Elle naît Le 7 janvier 1966. A l’époque, il s’agit de répondre à un besoin concret de l’économie : en France, on manque de cadres intermédiaires, ceux qui font la jonction entre la conception et l’exécution des tâches professionnelles. « Une voie nouvelle » dit le décret à l’origine de la création des IUT, qui se réclame d’une « pédagogie appropriée et faisant appel à la collaboration des professions, une formation scientifique et technique de caractère concret, bien adaptée aux réalités contemporaines ».

Une valeur sûre pour les milieux professionnels

La nouvelle filière se place d’emblée sous le signe de l’innovation : une place de choix est ainsi donnée à des disciplines nouvelles comme l’informatique, la productique, le génie civil. Le succès est immédiat, 50 ans plus tard il ne s’est pas démenti. Depuis 1966 en France, près de 2 millions d’étudiants ont ainsi obtenu un DUT (diplôme universitaire de technologie) et bâti une carrière professionnelle. Des étudiants qui bénéficient d’un fort taux d’insertion professionnelle : 75% des jeunes diplômés souhaitant intégrer directement la vie active trouvent un emploi dans les 6 mois.

Les raisons de ce succès ? Une double culture universitaire et professionnelle. Ancré dans l’université, en liaison avec la recherche, l’IUT réussit la jonction entre la formation théorique et les milieux professionnels, qui le reconnaissent désormais comme une valeur sûre. Un IUT qui évolue pour répondre aux changements de la société. Créé dans le but de former des cadres intermédiaires à bac +2, il permet aussi de s’orienter vers des études longues : c’est aujourd’hui le choix de nombreux étudiants qui poursuivent leurs études après l’obtention du DUT.

Les 3 IUT de l’Université de Montpellier

Parmi ses 17 composantes, l’Université de Montpellier comprend 3 IUT : l’IUT de Montpellier-Sète, l’IUT de Nîmes et l’IUT de Béziers.

  • l’IUT de Montpellier-Sète compte 9 départements : Chimie (campus de Montpellier), Chimie (campus de Sète), Génie biologique, Mesures physiques, Génie électrique et informatique industrielle, Informatique, Carrières sociales (campus de l’Université Paul Valéry), Gestion des entreprises et des administrations, Techniques de commercialisation. Il a accueilli 2300 étudiants à la rentrée 2015.
  • l’IUT de Nîmes compte 5 départements : Génie civil, Génie électrique et informatique industrielle, Génie mécanique et productique, Gestion des entreprises et des administrations, Science et génie des matériaux. Il a accueilli 1162 étudiants à la rentrée 2015.
  • l’IUT de Béziers compte 3 départements : Réseaux et télécommunication, Techniques de commercialisation, Métiers du multimédia et de l’internet. Il a accueilli près de 500 étudiants à la rentrée 2015.

Crédit photo : Mathieu Boudart

En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépot de cookie d'analyse du traffic nous permettant d'améliorer nos services à l'aide des statistiques de consultation. En savoir plus

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close