La routine, cette tueuse de neurones

A quel âge le cerveau commence-t-il à vieillir ? « Quand on naît », répond Jacques Touchon. Un processus inéluctable que l’on peut cependant ralentir grâce à une cocktail simple : stimulation intellectuelle, activité physique, contact social et régime méditerranéen.

Quand la peau vieillit, les rides apparaissent. Quand les cheveux vieillissent, ils deviennent gris, puis blancs, ou rares. Mais quand le cerveau prend de l’âge, que se passe-t-il ? « La vitesse de traitement de l’information diminue, il devient plus difficile de faire plusieurs choses à la fois et de focaliser son attention », explique Jacques Touchon. Pourquoi ? Longtemps on a cru que notre stock de neurones était fixé à la naissance et qu’il diminuait inéluctablement avec le temps, entraînant un déclin des capacités cognitives. « Mais on sait aujourd’hui que ce n’est pas la principale cause du vieillissement cérébral et que de nouveaux neurones peuvent apparaître dans certaines structures comme l’hippocampe », précise le neuropsychiatre.

Mystérieux vieillissement

Alors pourquoi le cerveau vieillit-il ? « Le vieillissement cérébral garde une part de mystère, répond Jacques Touchon. Mais on sait que le cerveau présente les cicatrices de toutes les épreuves traversées au cours de l’existence ». Les traumatismes cérébraux, les lésions vasculaires, les effets des substances toxiques comme l’alcool, autant de facteurs qui s’accumulent tout au long d’une vie et impactent les fonctions cérébrales. De la même façon que certaines personnes voient leurs cheveux tomber à peine entrés dans l’âge adulte tandis que d’autres gardent une tignasse fournie toute leur vie, nous ne sommes pas égaux face au vieillissement du cerveau. « Nous n’avons pas tous le même équipement génétique pour résister au processus de vieillissement », précise Jacques Touchon.

Si nous ne pouvons pas changer notre capital génétique, nous pouvons en revanche contribuer à ralentir le processus de vieillissement… Comment ? En partie grâce à un phénomène appelé la plasticité cérébrale. « Si le cerveau est stimulé, il développe de nouvelles connexions synaptiques et de nouveaux réseaux, explique Jacques Touchon. On se constitue ainsi une ʺréserve cérébraleʺ qui permet de compenser l’altération des réseaux fonctionnels provoquée par les lésions du cerveau. » Une réserve qui se constitue dès l’enfance et que l’on peut continuer à alimenter tout au long de la vie.

Stimuler son cerveau

Et pour stimuler le cerveau il n’y a pas de mystère : il faut s’en servir. « Ceux qui ont pratiqué un exercice intellectuel toute leur vie ont moins de risque de développer une maladie d’Alzheimer, une forme pathologique de vieillissement cérébral qui entraîne des troubles de la mémoire et du comportement et évolue vers la démence », illustre le neuropsychiatre. Cette maladie est caractérisée par un dépôt anormal dans le cerveau de deux protéines provoquant des lésions. « Les gens qui ont stimulé leur cerveau tout au long de leur vie peuvent très bien avoir des dépôts de ces protéines, mais chez eux cela ne provoque pas de détérioration des fonctions cognitives », précise Jacques Touchon. Le cerveau bien entraîné « compense » en effet ces lésions grâce à l’extraordinaire plasticité neuronale, qui reste la meilleure arme anti-vieillissement.

« Si le cerveau est stimulé, il développe de nouveaux réseaux »

Une arme qu’il ne faut pas hésiter à dégainer, même en l’absence de toute maladie : « les personnes âgées qui pratiquent des loisirs intellectuellement stimulant ont un déclin cognitif nettement ralenti », complète Jacques Touchon. Des loisirs intellectuellement stimulants ? « Jouer au bridge, faire des mots croisés, lire ou fréquenter un club du troisième âge ». Selon le spécialiste, la situation qui stimule le plus le cerveau c’est la rencontre de l’autre et la nouveauté. « La routine est une tueuse de neurone.Si demain est identique à aujourd’hui, alors le cerveau est en danger ».

Les ennemis de votre cerveau

Chaque fois qu’une lésion atteint notre cerveau, il vieillit. Peut-on préserver sa jeunesse en limitant leur apparition? « C’est possible en réduisant les facteurs de risque vasculaire, principaux responsables de l’apparition des lésions cérébrales », répond Jacques Touchon. Prévenir ou corriger hypertension, cholestérol, diabète, obésité, stress, sédentarité, tabac et alcool permet ainsi de freiner le vieillissement du cerveau. Les chercheurs se sont également aperçus que la pratique d’une activité physique régulière contribuait à ralentir le déclin cognitif.

Les vertus du régime méditerranéen

Étudier la relation entre les facteurs de risque vasculaire et la démence : c’est l’objet des travaux connus sous le nom d’ »étude des trois Cités » . A partir de 1999, 10000 personnes âgées de plus de 65 ans ont été suivies pendant 10 ans à Montpellier, Bordeaux et Dijon. En étudiant les habitudes alimentaires des participants, les chercheurs se sont aperçus que ceux qui suivaient un régime de type méditerranéen avaient moins de risque de voir leurs capacités cognitives diminuer. « Ce type d’alimentation ralentit le vieillissement du cerveau », explique Jacques Touchon. Au menu : fruits, légumes et poissons assaisonnés d’une bonne dose d’huile d’olive, le tout accompagné d’un ou deux verres de vin rouge quotidiens. D’où viennent les vertus du régime méditerranéen ? « Probablement des micronutriments issus de ce type d’alimentation comme les oméga-3 ou les vitamines B et E qui ont une action anti-oxydante et permettent de limiter les lésions cérébrales ».

En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépot de cookie d'analyse du traffic nous permettant d'améliorer nos services à l'aide des statistiques de consultation. En savoir plus

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close