Institut de Chimie Séparative de Marcoule (ICSM)

Institut de Chimie Séparative de Marcoule (ICSM) 2017-11-27T10:49:46+00:00

Informations générales

UMR 5257Tutelles : Université de Montpellier, CNRS, CEA, ENSCM Chimie Montpellier
Rattachement : École doctorale Sciences Chimiques Balard
Label : UMR 5257
Disciplines : Chimie
Site web : http://www.icsm.fr/

Directeur de l’unité : Stéphane Pellet-Rostaing

Composition :

Équipe 1 : Laboratoire des matériaux HYbrides pour la chimie Séparative – LHYS (Daniel Meyer)
Équipe 2 : Laboratoire des Ions aux Interfaces Actives – L2IA (Olivier Diat)
Équipe 3 : Laboratoire du Tri ionique par les Systèmes Moléculaires auto-assemblés –LTSM (Stéphane Pellet-Rostaing)
Équipe 4 : Laboratoire de Sonochimie dans les Fluides Complexes – LSFC (Sergueï Nikitenko)
Équipe 5 : Laboratoire des Nanomatériaux pour l’Énergie et le Recyclage – LNER (Xavier Deschanels)
Équipe 6 : Laboratoire des Interfaces de Matériaux en Évolution – LIME (Nicolas Dacheux)
Équipe 7 : Laboratoire d’Étude de la Matière en Mode Environnemental – L2ME (Renaud Podor)
Équipe 8 : Laboratoire de Modélisation Mésoscopique et Chimie Théorique – LMCT (Jean-Fraçois Dufreche)

Les chercheurs de l’ICSM ont pour mission de développer une chimie et une physico-chimie au service des procédés et des matériaux du nucléaire actuel et futur et de répondre plus généralement aux défis des énergies renouvelables.

L’ensemble des questions scientifiques centrales relèvent principalement d’une mission de recherche cognitive ayant pour but « d’ouvrir les choix » pour le nucléaire de quatrième génération. Cela concerne la chimie des procédés de l’ensemble du cycle du combustible en accord avec les principes de la « chimie verte », procédés auxquels sont associés des matériaux d’usage, dont le cycle de vie doit être prédictible notamment sous stress chimique et sous irradiation. Être à l’écoute des verrous identifiés dans les procédés actuels autour du traitement et du confinement des déchets nucléaires, et progresser dans la connaissance fondamentale associée est donc au cœur des préoccupations de l’ICSM. Les études de l’ICSM concernent également les énergies renouvelables économes de ressources et sans impact sur l’effet de serre, et la chimie pour le développement durable par une approche influencée par les progrès modernes dans le domaine des nanosciences.

A terme, l’objectif de ces recherches est l’émergence de technologies en rupture dans le domaine de la chimie séparative applicable à l’ensemble du cycle du nucléaire de 4ème génération et extensibles au-delà des procédés directement liés à l’électronucléaire. Les acquis scientifiques escomptés dans le domaine de l’énergie et des procédés associés sont, en outre, utilisables dans la perspective de développement de nouvelles technologies pour l’extraction ou le recyclage des métaux d’intérêt.

Publications phares :

Partenariats :

Pôle chimie Balard, Labex Chemisyst, Région LR, CEA, AREVA, Véolia, Specific polymers, TND-TerraNova, Ceramic Technology, Oleos, OCP, Arcelor Mittal.

Coopération internationale :

Réseaux Européens SACSESS, ASGARD, TALISMAN, GENTLE, ERC REE-CYCLE, GRD Franco-Russe SENA, LEA-Recycle, l’Institut des Éléments Transuraniens de Karlsruhe, IEK-Jülich, CNEA.