Jardin des Plantes hier et aujourd’hui

C’est dans une volonté de développer « la santé par les plantes » qu’Henri IV confie en 1593 à Pierre Richer de Belleval, enseignant en botanique et anatomie, la création d’un Jardin Royal. Inspiré du « jardin médical » de Padoue, la référence italienne des jardins, le Jardin des Plantes de Montpellier devient à son tour un modèle pour celui de Paris.

Lors de sa création, le jardin était destiné à la culture des « simples ». Pourtant le projet de Richer dépasse rapidement les seules plantes médicinales et devient un véritable outil d’étude botanique, inédit à l’époque.

Au début du XVIIe siècle, le Jardin des Plantes de Montpellier est non seulement un jardin scientifique, avec son importante collection de végétaux mais est aussi considéré comme un jardin précurseur dans sa manière d’appréhender la diversité du monde végétal. Pour favoriser cette diversité, il reproduit différents milieux (ombragé, ensoleillé, humide, sablonneux, pierreux…) et consacre des emplacements spéciaux aux plantes exotiques.

1er Jardin (vers 1602)

1er Jardin des Plantes

Le Jardin des Plantes à sa création

La « Montagne de Richer » est la partie la plus ancienne du Jardin. Elle a servi de modèle à des sites semblables dans plusieurs jardins européens. Formée d’un tertre avec cinq terrasses sur chaque versant, elle présentait essentiellement la flore locale. Le « jardin médical » se trouvait jadis à l’emplacement de l’allée des cyprès actuelle, dite « allée toscane ».

Malheureusement, ce premier jardin fut entièrement ruiné lors du siège de Montpellier par Louis XIII en 1622. Aujourd’hui il n’en reste que la « Montagne ».

2e Jardin (1622 – 1810)

2ème Jardin des Plantes

2e Jardin des Plantes

A partir de 1622, Richer de Belleval recommence son travail et agrandit le jardin en achetant des terrains au voisinage. Plus tard, ces espaces servent de Jardin d’essai à Pierre Magnol, démonstrateur des plantes, puis intendant suppléant de 1694 à 1697. L’École de Systématique s’installe sur ce site en 1707 avec son élève Joseph Pitton de Tournefort.

En 1756, la première serre chauffée est édifiée au Jardin de Plantes. A la fin du XVIIIe siècle, Antoine Gouän, directeur du Jardin, transporte une marcotte de son ginkgo qui devient le symbole de l’École de Santé, renaissante après la Révolution. Élevée entre 1802 et inaugurée 1806, une belle orangerie est construite par le célèbre architecte Claude-Mathieu de la Gardette. Au XIXe siècle, deux serres s’ajoutent aux équipements du Jardin.

3e jardin (1810 – 1860)

3ème Jardin des Plantes

3ème Jardin des Plantes

Dans le courant du XIXe siècle, le jardin historique s’agrandit à deux reprises, faisant plus que doubler de surface. Avec ces nouveaux espaces, la création du jardin anglais est possible en 1860. Le directeur à l’époque, Charles Martins y fait ériger une serre tempérée et creuser un bassin pour les lotus dit « lac aux Nélumbos ».

Au-delà de ce bassin, se trouve un pavillon d’astronomie prénommé « marabout algérien ». Pourtant, ce petit observatoire n’a pas servi à sa fonction d’origine, mais uniquement à des études spectroscopiques.

Le Jardin des Plantes aujourd’hui

Le Jardin des Plantes a aujourd’hui une superficie de 4.6 ha avec une surface sous serre de 688 m2 et une orangerie de 267 m2. Le Jardin totalise 2 679 espèces.

Le Jardin des Plantes de Montpellier a une triple vocation :

Jardin Botanique

Jardin historique

Jardin universitaire

Le jardin botanique se distingue d’un jardin classique par ses collections, son exposition de plantes vivantes et les graines bien identifiées, rares ou courantes. Le programme d’action d’un tel Jardin s’intègre dans le plan du Consortium des Jardins Botaniques européens (BGCI/IABG).

Destiné à la recherche scientifique, le jardin s’affiche comme un centre d’études taxonomiques et horticole ouvert à la coopération internationale. Pour protéger au mieux l’héritage scientifique du Jardin des Plantes, ses personnels mettent en place des actions d’enrichissement et de sauvegarde des collections animées (plantes) et inanimées (ouvrages, documents écrits, iconographie, herbier).

Avec plus de 4 siècles d’histoire, le Jardin est protégé aujourd’hui au titre des Sites et des Monuments historiques. Dans ce cadre, la protection et la valorisation des immeubles prend une place importante dans la vie du Jardin. La conservation du patrimoine passe par l’entretien et la restauration mais aussi par une réglementation stricte des visites publiques.

Dès sa création en 1596, le Jardin des Plantes a un lien étroit avec l’Université en raison de sa spécialisation dans le domaine des plantes médicinales. Voué à l’enseignement supérieur, le Jardin accueille régulièrement des étudiants pour la réalisation de leurs thèses et mémoires.

Dans le souci d’apporter les savoirs scientifiques au grand public, les personnels du Jardin des Plantes développent des actions pédagogiques vers différentes catégories de population.

Jardin des Plantes 2014

 

En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépot de cookie d'analyse du traffic nous permettant d'améliorer nos services à l'aide des statistiques de consultation. En savoir plus

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close