Patrimoine immobilier

Faculté de Médecine

Faculté de Droit

Campus Triolet

Institut de Botanique

Station de biologie marine de Sète

28. Faculté de MédecineDepuis 1795, la faculté de médecine est installée dans l’ancien palais épiscopal précédemment monastère Saint Benoit-Saint Germain. Les aménagements intérieurs ont conservé un majestueux escalier, ainsi que des salles d’apparat ornées de gypseries et de cheminées du XVIIIème siècle

Deux bâtiments viennent s’ajouter par la suite :

  • Un amphithéâtre d’anatomie, le « Theatrum anatomicum », édifice néo- classique réalisé par l’architecte parisien Claude Mathieu Delagardette et achevé en 1806 Cet immeuble était destiné à l’origine à l’enseignement de l’anatomie.
  • Un conservatoire d’anatomie œuvre de Charles Abric terminé en 1852. Cet ensemble est classé au titre des monuments historiques depuis janvier 2004.

Cloître UFR DroitLa Faculté de Droit et de Science politique est installée depuis 1959 dans l’ancien Couvent de la Visitation, bâti au XVIIe siècle.

Le réaménagement du couvent au profit de la Faculté de Droit a commencé en 1956. Le cloître et le campanile ont été intégrés dans les locaux universitaires. De nouveaux espaces ont été construits, dont des amphithéâtres et le hall d’entrée, appelé « Aula placentinea », rappelant la création de la première école de droit de France à Montpellier par Placentin au XIIe siècle. Par la rue de l’École Mage, l’entrée du bâtiment 1 de la Faculté, réhabilité en 1997/1998, donne accès au cloître.

Le bâtiment 2, inauguré en 1939, attribué en 1973 à la Faculté, est situé rue Lallemand. Dans sa cour, un buste d’Auguste Comte (1798-1857), philosophe du positivisme, est un héritage de la Faculté des Lettres, précédente occupante des lieux.

Le bâtiment 3, rue de l’Arc des Mourgues, entièrement réhabilité en 2007, accueille le Département de Science politique et la bibliothèque de la Faculté.

campus trioletLa faculté des sciences de Montpellier déménage dès 1964 du « Palais universitaire » (actuel rectorat) vers le campus universitaire place Eugène Bataillon. Cette construction s’inscrit dans la volonté de la Ve République de développer la recherche et de doter les institutions d’enseignement supérieur de locaux modernes et capables de recevoir un nombre croissant d’étudiants.

Le ministère de l’éducation choisit pour son programme de construction le conseiller technique René Egger. Son cabinet dresse des plans types des universités scientifiques françaises mais laisse à des architectes locaux le soin de les décliner. À Montpellier, l’architecte Philippe Jaulmes fait le choix d’un site aéré et boisé avec des bâtiments adaptés à la lumière méditerranéenne. Il commande également des œuvres dans le cadre du 1% artistique à de jeunes artistes aujourd’hui mondialement connus tels que Pierre Parsus, François Rouan, Victor Vasarely et son fils Yvaral, Albert Dupin et Yaacov Agam. La première pierre du chantier est posée le 3 novembre 1961 et l’ensemble des travaux est terminé en 1967.

Dès 1889, Charles Flahault, directeur de l’Institut de Botanique, supervise la construction des bâtiments situés dans le Jardin des plantes. Les locaux sont inaugurés en avril 1890 et visités en mai par le président de la République Carnot lors du VIe centenaire de l’université. L’Institut de Botanique permet notamment à Charles Flahault de rassembler l’ensemble des herbiers de Montpellier dans un seul et même lieu.

Après 50 ans de fonctionnement, l’édifice demande des travaux de rénovation. Les nouveaux bâtiments plus modernes et surtout plus grands sont inaugurés en 1959. Grâce au dynamisme et à la volonté de nombreuses personnalités, l’Institut de Botanique a connu un rayonnement scientifique international. Il abrite encore aujourd’hui l’un des plus grands herbiers de France regroupant les anciens herbiers des Facultés de Médecine et des Sciences.

À la fin du XIXe siècle, le littoral de Sète est considéré comme un complexe zoologique d’une très grande richesse. Pour simplifier les excursions zoologiques hebdomadaires et faciliter la recherche, le professeur de zoologie Armand Sabatier décide d’y fonder une station de biologie marine.

Dès 1879, des locaux modestes lui sont mis à disposition par la ville de Sète. Peu après, il obtient un terrain sur le littoral de l’étang de Thau pour la construction de la station zoologique. Inaugurée en 1896, elle comprend tous les services indispensables à la recherche et à l’enseignement.

Dotée de riches collections réunies dans un musée zoologique comprenant de nombreux échantillons ichthyologiques (relatifs aux poissons), conchyliologiques (relatifs aux mollusques à coquille), la station de biologie marine de Sète acquiert un rayonnement et une renommée internationale. Après un siècle d’existence et d’importantes restaurations des bâtiments, elle reste un centre actif de recherches scientifiques.

 

En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépot de cookie d'analyse du traffic nous permettant d'améliorer nos services à l'aide des statistiques de consultation. En savoir plus

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close