Retardé par le confinement, l’UM peut enfin annoncer officiellement le lancement de son incubateur étudiant baptisé UM-I Lab by Moma. Fonctionnant à distance depuis mars dernier, les porteurs de projet peuvent, depuis le 14 septembre, profiter pleinement de leurs nouveaux locaux et d’un accompagnement innovant.

« C’est un projet qui m’anime depuis des années ! » déclare Sylvie Sammut, la directrice de l’incubateur. Professeure au sein de Montpellier Management (UM) et chercheuse à Montpellier Research en Management (MRM) et au Labex Entreprendre, Sylvie Sammut est passionnée par l’esprit d’entreprendre. Rien de plus normal pour elle que de permettre aux étudiants de continuer leurs études tout en valorisant leurs capacités entrepreneuriales. « Nous observons deux choses : d’une part la hausse très significative du nombre d’étudiants entrepreneurs [+470% en 2018 au niveau régional] et d’autres part l’influence très positive que l’engagement dans un projet d’entreprise peut avoir sur les études. »

Une pièce d’un puzzle

C’est en 2019 que Sylvie Sammut, qui fut également fondatrice et directrice de Pépite LR (Pôles Étudiants pour l’Innovation, le Transfert et l’Entrepreneuriat) entre 2010 et 2017, soumet son projet d’incubateur étudiant à candidature lors de l’appel d’offre Take Off 2 lancé par Muse et son Centre de Soutien aux Innovations Pédagogiques. « Il correspondait bien à la dynamique de Muse qui encourage les innovations pédagogiques, telles que la formation via des processus d’immersion professionnelle », précise l’enseignante. A ses côtés, toute une équipe de professionnels de l’accompagnement et d’enseignants chercheurs de MOMA et de l’UM plus généralement. Parmi eux, Caroline Raja-Roque, directrice adjointe de l’incubateur et maîtresse de conférence en droit privé à MOMA.

Imaginé comme la pièce d’un puzzle, l’incubateur UM I-Lab by Moma est une « action structurante pour l’Université fondé sur un collectif réunissant les forces de Muse, du Labex Entreprendre, de MOMA et des autres composantes de l’UM, explique Sylvie Sammut. Il a été élaboré en relation étroite avec l’écosystème régional afin d’en faire une structure pérenne. » Ont ainsi été associés à cette démarche des partenaires privés et publics tels que la Réso by Ad’Occ, le BIC de Montpellier, la SAAT AxLR, Pepite LR, Via Innova, ou encore les instances consulaires comme la Chambre des métiers et de commerce.

« D’autres partenaires arriveront au fur et à mesure. L’incubateur est et sera en lien étroit avec tous les autres dispositifs d’incubation et d’accompagnement naissants ou plus anciens de Muse. Notre objectif est de faire naître de belles entreprises », souligne sa directrice.

Facilitateur et accélérateur de projet

Au bout du compte, c’est un outil solide que l’UM met désormais à disposition de l’ensemble des étudiants du périmètre Muse, « de la première année de licence, au doctorat jusqu’aux alumni de moins de 3 ans et ce dans toutes les disciplines. Les candidats doivent proposer un projet de création ou de reprise d’entreprise et faire la preuve d’un esprit entrepreneurial évident », précise Sylvie Sammut. La durée d’accompagnement dépendra, elle, de l’avancement du projet. « Nous mettons en place le principe du ‘’Go, No Go’’. Si nous constatons que l’incubateur n’apporte rien au porteur, nous lui proposerons de se mettre en pause pour poursuivre sa réflexion. »

Actuellement six projets sont en cours d’incubation. Une nouvelle campagne de recrutement est prévue à l’automne, l’objectif étant de proposer trois programmes selon le stade d’avancement du projet : Warm’up, Take-off, Booster. La première phase débutera par l’enseignement des bases de management, la seconde se concentrera sur le projet dans sa globalité et sur la mise en réseau avec d’autres incubateurs. Enfin la dernière étape visera le financement et les dernières aides nécessaires pour que l’entreprise se développe dans les meilleures conditions.

Un pilier pour l’avenir

Des modules et du coaching sont réalisés par des enseignants et des professionnels. Ces derniers sont également invités à partager leur parcours et leur expérience dans le cadre de rencontres appelées « business story ». « Ce programme plait beaucoup, constate la directrice. Il aide les porteurs de projet à se projeter dans la trajectoire des autres, à ne pas se décourager. »

Autre innovation pédagogique notable, les étudiants de master 2 inscrits dans des spécialités telles que le marketing, le droit des entreprises, la stratégie, l’entrepreneuriat, l’informatique, par exemple, pourront intervenir en tant qu’accompagnateurs juniors contre la délivrance d’un certificat attestant de la mise en pratique de leurs connaissances et donc de leurs compétences.

« Pour le moment les porteurs de projet semblent très heureux et nous le disent, se réjouit Sylvie Sammut, il va nous falloir un peu de temps pour nous installer et être reconnus dans l’écosystème mais cela se présente bien. Mettre en place une stratégie entrepreneuriale au sein d’une université n’est pas évident pour tout le monde mais c’est sans aucun doute un des piliers de notre avenir. Pouvoir entreprendre tout en poursuivant ses études, ou au sortir de celles-ci, c’est un accélérateur de créativité et de passion ! »

 

Les avantages de l’Incubateur UM I-LAB by MOMA :

  • Un hébergement gratuit sous forme de co-working (50 m2 dédiés)
  • Un partage d’expérience avec d’autres porteurs de projets
  • Un accompagnement par des spécialistes enseignants-chercheurs et par des étudiants de masters spécialisés en entrepreneuriat et dans d’autres disciplines de la gestion et du management mais aussi du droit, sciences de l’ingénieur, etc …
  • Un accompagnement individualisé et collectif
  • Une mise en relation avec l’écosystème entrepreneurial
  • L’accès à des ressources partagées : salle de réunion, cellule permettant la confidentialité des échanges mais aussi espace détente et convivial

Une fois admis, les incubés s’engagent à respecter les valeurs de l’incubateur : bienveillance, synergie, cohérence, responsabilisation et solidarité.