Dans les principaux palmarès mondiaux, l’Université de Montpellier occupe une place de tout premier plan. Preuve de la dynamique positive insufflée par l’obtention de l’I-SITE MUSE.

Première université mondiale dans le classement de Shanghai en écologie, deuxième université française dans le classement de Reuters des universités les plus innovantes, elle est 5e dans le classement de Leiden qui observe la qualité des publications scientifiques. Dans le classement CWUR des 18,000 universités mondiales, elle réalise une progression spectaculaire passant de la 197e à la 141e place mondiale.

Classement de Shanghai : l’UM dans le TOP300 et 1e place en écologie

Le classement de Shanghai est publié chaque année par l’université Jiao Tong de Shanghai (Chine). Il constitue une des références dans le monde universitaire. Cette année encore l’Université de Montpellier se place dans le Top 300 des meilleures universités au monde. Elle maintient aussi sa première université du monde sur la thématique « écologie ». Un résultat remarquable qui témoigne de l’excellence de la recherche montpelliéraine dans ce domaine. Ce classement thématique en écologie est le seul parmi les 52 disciplines où un établissement français figure en première position mondiale.

Reuters : 1e université française

Ce palmarès classe les 100 universités mondiales les plus innovantes : celles qui font le plus d’efforts pour faire avancer la science, inventer de nouvelles technologies et aider à soutenir la progression de l’économie mondiale. Contrairement aux autres classements qui reposent souvent entièrement ou en partie sur des enquêtes subjectives, Reuters repose exclusivement sur des données empiriques telles que les dépôts de brevets et les citations de publications de recherche.

En 2019, l’Université de Montpellier atteint la 1e place Française, la 17e place européenne.

Times Higher Education (THE)

Pour la deuxième année consécutive, l’Université de Montpellier fait partie du top 100 du classement européen réalisé par le Times Higher Education (THE) : The Europe Teaching rankings. Ce palmarès positionne l’UM à la 6e place nationale et à la 3e place en Province. Au total, 258 établissements européens ont été évalués en fonction de la qualité de leur environnement pédagogique et de leurs méthodes d’apprentissage.

« Je me félicite du résultat du palmarès européen du Times Higher Education car les critères en jeu sont axés sur le vécu des étudiants et leur réussite aux examens » analyse le président Philippe Augé.

Les classements des universités Young Times dans l’enseignement supérieur dressent la liste des meilleures universités du monde âgées de 50 ans ou moins. Le classement 2018 comprend 250 universités, contre 200 en 2017. Le tableau est basé sur les mêmes 13 indicateurs de performance que le classement général de THE World University Rankings, mais les pondérations ont été ajustées pour donner moins de poids à la réputation.
En 2018, l’Université de Montpellier obtient la 61e place mondiale et 9e place nationale.

242 universités figurent dans le palmarès THE dont 23 sont françaises. Huit pays sont représentés : le Royaume-Uni, l’Espagne, l’Allemagne, l’Italie, la France, les Pays-Bas, le Portugal et l’Irlande. L’Université de Montpellier est à la 7e place nationale devant les universités Panthéon Sorbonne Paris-I, Paris Descartes et Strasbourg. Ce sont les universités britanniques Oxford et Cambridge qui décrochent les deux premières places. Sorbonne Université arrive en 3e position.

Classement de Leiden

Depuis 2007, le centre d’études sur les sciences et les technologies (CWTS) de l’université de Leiden (Pays – Bas) développe un classement des universités basé uniquement sur des indicateurs bibliométriques. Plus de 900 universités de 55 pays sont ainsi classées dans le palmarès 2018 de Leiden, basé sur les publications référencées dans la base de données Web of Science de Clarivate Analytics. Les universités retenues ont toutes au moins 1 000 publications scientifiques à leur actif sur la période 2013-2016.
Les indicateurs utilisés pour ce classement sont de plusieurs types : nombre de publications, impact en fonction de leurs citations et indicateurs sur les collaborations liées à ces publications.
Pour l’année 2018, l’Université de Montpellier est au 237e rang mondial et 5e rang national. Elle progresse de 48 places par rapport au classement Leiden 2017. C’est la plus forte progression parmi les universités françaises.

Center for World University Ranking

Seul classement mondial des universités qui mesure la qualité de l’éducation et de la formation des étudiants ainsi que le prestige des enseignants-chercheurs et la qualité de leurs recherches, il tient compte des critères suivants :

  1. Qualité de l’éducation, mesurée par le nombre d’anciens étudiants d’une université qui ont remporté des prix internationaux, des prix et des médailles par rapport à la taille de l’université (15%)
  2. L’emploi des anciens, mesuré par le nombre d’anciens étudiants d’une université qui ont occupé des postes de PDG dans les plus grandes entreprises au monde par rapport à la taille de l’université (15%)
  3. Qualité de l’université, mesurée par le nombre d’universitaires ayant remporté des prix internationaux, des prix et des médailles (15%)
  4. Résultat de la recherche, mesuré par le nombre total d’articles de recherche (15%)
  5. Publications de qualité, mesurées par le nombre d’articles de recherche publiés dans des revues de premier ordre (15%)
  6. Influence, mesurée par le nombre d’articles de recherche publiés dans des revues très influentes (15%)
  7. Citations, mesurées par le nombre de documents de recherche cités (10%)

L’Université de Montpellier se place ainsi :

  • Classement national : 9
  • Niveau de qualité de l’éducation : 565
  • Rang d’emploi des anciens : > 1000
  • Qualité du corps professoral Rang : 214
  • Rang de sortie de la recherche : 142
  • Classement des publications de qualité : 129
  • Rang d’influence : 125
  • Classement de citations : 139
  • Score général : 80

Center for World University Ranking

QS World University Rankings

Le QS World University Rankings, créé en 2004, est un des palmarès les plus réputés sur la scène mondiale de l’enseignement supérieur et de la recherche. Il fait la part belle aux enquêtes de réputation qui représentent 50% de l’évaluation. Huit cent universités les plus reconnues sur le plan international y sont classées selon 6 critères diversement pondérés. L’Université de Montpellier est la 4e université française au classement général de la thématique « sciences de la vie et médecine » et la seule à figurer dans le top 100 pour la discipline « sciences de l’environnement ».

Classement général :  l’Université de Montpellier est classée 422e au rang mondial.

Classement par discipline : les résultats de l’UM au QS World University Rankings by subject 2019 confirment sa montée en puissance sur deux thématiques pivots du projet d’I-SITE MUSE :

  • sciences de la vie et médecine : l’UM est le 4e établissement français au classement général « sciences de la vie et médecine ». A la 162e position, elle gagne 9 places par rapport à 2018 et se positionne avant les universités Paris-Diderot, Aix-Marseille, Paris Sciences et Lettres (PSL) et Lyon 1.
  • sciences de la terre : l’UM fait partie des 9 établissements français représentés dans le top 200 « sciences de la terre » (195e place). Dans la discipline « sciences de l’environnement », elle est l’unique établissement français représenté dans le top 100. Dans la discipline « sciences de la terre et de la mer », elle figure dans le top 100 aux côtés de Sorbonne Université et Grenoble-Alpes.

National Taiwan University (NTU) ranking

L’Université de Montpellier se classe 7ème en France et 189ème au niveau mondial dans le classement NTU 2019.
L’Université de Montpellier progresse régulièrement depuis 2015, gagnant 55 places au total et atteignant la 189ème place mondiale en 2019, et la 7ème sur les 31 établissements français référencés. Chaque année, NTU (National Taiwan University) publie son classement mondial de plus de 800 universités basé sur la performance des publications scientifiques.