Savine Volland et Agathe Hubert sont ingénieures pédagogiques. Sous la responsabilité de la direction du système d’information et du numérique, elles accompagnent les enseignants dans la transformation de leur pédagogie et dans l’utilisation du numérique. Dans le cadre de la série vidéo « Rouages », produite par l’Université de Montpellier, elles nous présentent leurs missions, véritables piliers de la modernisation de l’enseignement supérieur.

C’est en 2015, avec la fusion des universités, que l’UM se dote d’une équipe d’ingénieurs pédagogiques. Intégrés au sein de la direction du système d’information et du numérique (DSIN), ils sont six aujourd’hui à accompagner les enseignants dans la transformation de leur pédagogie via l’utilisation du numérique. Une équipe renforcée par la présence d’autres ingénieurs au sein même des UFR, écoles et instituts. « Nos missions se décomposent en deux grands volets, explique Savine Volland. Il y a d’un côté l’approche purement pédagogique et de l’autre la dimension technologique. »

Dynamiser ses cours

Sur le plan pédagogique d’abord, le numérique à bien sûr révolutionné les usages et ouvre à de nouvelles façons d’enseigner. Les cours en présentiel ne sont plus aujourd’hui qu’une des modalités possibles, « nous pouvons transformer ces cours afin de les rendre disponibles à distance. Nous pouvons imaginer des formes hybrides ou une partie des cours se déroule en amphi et une autre en distanciel, voire même décliner un cours dans ces deux versions, c’est ce qu’on appelle le co-modal », explique Savine Volland.

Mais l’emploi d’outils numériques n’est pas toujours synonyme de cours à distance. Au contraire, de nouvelles applications mobiles permettent aujourd’hui de dynamiser et de rendre plus attractifs les cours en amphi et en TD, en créant davantage d’interactivité entre l’enseignant.e et les étudiant.e.s ou entre les étudiants eux-mêmes via des chats ou des forums de discussions. « A l’UM par exemple, nous disposons d’une licence Wooclap qui permet à l’étudiant de répondre à des questions ou de voter pour des propositions avec son téléphone portable par SMS ou via un navigateur, de faire des quizz, d’interagir en direct avec l’enseignant pour lui demander des explications supplémentaires… »

Du scénario pédagogique à la mise en ligne sur Moodle

Qu’il s’agisse de cours à distance ou en présentiel, les ingénieures pédagogiques sont alors là pour conseiller l’enseignant et l’aider à mettre en place un scénario pédagogique. « Nous allons réfléchir avec lui à ses objectifs, aux notions et aux messages qu’il souhaite faire passer aux étudiants. Nous allons aussi regarder quelles sont les ressources dont il dispose, celles qu’il aimerait créer et avec tout cela, avec lui on va construire le cours » poursuit l’ingénieure.  La ludification des enseignements fait également partie de l’arsenal des ingénieurs pédagogique avec l’élaboration de jeux sérieux de plus en plus plébiscités.

Visio-conférences, classes virtuelles, exercices, jeux, scénarios à embranchements sur le modèle d’ «Un livre dont vous êtes le héros » version numérique, modules de e-learning avec Storyline, assistance à l’écriture et à la structuration des contenus avec SCENARIchaine… « On dispose aussi d’outils de communication qui permettent aux enseignants de contacter plus facilement leurs étudiants via des annonces sur les forums par exemple » souligne Agathe Hubert. Bref une palette des possibles très vaste que les enseignants sont de plus en plus nombreux à découvrir via la plateforme Moodle.

« Cette plateforme leur permet de mettre leurs ressources pédagogiques en ligne, de créer des activités évaluables comme des tests ou des dissertations, précise l’ingénieure. Aujourd’hui il y a environ 2500 enseignants et plus de 44 000 étudiants actifs sur la plateforme. » Une évolution que le confinement n’a fait qu’accélérer puisque pendant cette période les ingénieures pédagogiques ont réalisé six fois plus d’accompagnement qu’en période normale.  Pour autant et comme le souligne Agathe Hubert « il ne faut pas faire du numérique parce que c’est à la mode. Nous, notre objectif c’est d’avoir une plus-value pour l’enseignant et l’étudiant»

Se lancer dans un mooc ?

Les ingénieures pédagogiques accompagnent également les enseignants et les UFR, écoles et instituts dans la conception des Mooc, de la réalisation des vidéos et des supports à la mise en ligne sur la plateforme nationale Funmooc. Qui dit Mooc dit donc forcément « vidéo », une nouveauté dans le métier d’enseignant, pas toujours si simple à apprivoiser. Pour les accompagner dans cette étape, les ingénieures pédagogiques travaillent en collaboration étroite avec l’équipe audiovisuelle de la DSIN. Le service met également à disposition tout le matériel nécessaire : « Nous avons un studio avec un prompteur, un fond vert pour projeter des documents. Les enseignants qui le souhaitent ont également accès à des cabines d’enregistrement en autonomie » souligne Agathe Hubert.

Pour bénéficier de l’accompagnement des ingénieures pédagogiques de l’UM deux possibilités : soit individuellement et au moment qui vous convient en passant par le centre de service de l’Université. Soit en répondant à l’appel à projet lancé annuellement par l’Université pour encourager la transformation pédagogique.