Jean-Marie Ramirez numérise l’histologie

« Sur cette lame, vous avez l’oeil. Un oeil prélevé sur l’un des derniers condamnés à mort de Montpellier exécutés publiquement sous la IIIe République sur la place Albert 1er », explique doctement Jean-Marie Ramirez les yeux posés sur la lunette de son microscope.

Récemment, l’histologiste nous invitait à découvrir un véritable trésor, dans l’une des salles de TP du dernier étage de la Faculté de médecine de Montpellier. Dans un coffret en bois soigneusement placé au fond d’une vieille armoire, des tissus humains rassemblés au fil des époques sont aujourd’hui consignés sur des dizaines de lames de verre…

Accès libre

Avec le soutien de la DSIN – et particulièrement de l’ingénieure pédagogique Agathe Hubert -, Jean-Marie Ramirez décidait il y a un an de numériser ce patrimoine fragile, à la fois historique et scientifique, en réalisant le premier site pédagogique de lames virtuelles d’histologie en France. Un site internet coloré, abondamment illustré et aujourd’hui gratuitement accessible sur le serveur de l’Université de Montpellier. « Ouvert aux médecins, aux étudiants, aux chercheurs et à toutes celles et ceux qui s’intéressent de près ou de loin au fonctionnement du corps, le site a la particularité de mêler histologie, la science des tissus biologiques, et anatomie, la science de la structure des êtres » , détaille l’enseignant-chercheur.
Sur la page d’accueil du site, les représentations des corps de l’homme et de la femme conduisent en quelques clics à la visualisation des lames de tissus sains propres à chacun de nos organes. Accompagnée de sa description détaillée, chaque lame visualisée fait également l’objet d’une représentation schématique et d’une interprétation de ses structures principales.
Un vivier d’informations inestimable, notamment pour les étudiants en première et deuxième année de médecine où les travaux pratiques d’histologie et de biologie cellulaire s’effectuent toujours au microscope mais pourront bientôt, à la Faculté de médecine de Montpellier comme dans les autres facultés en France et à l’étranger, être totalement virtualisés grâce à ce nouveau site internet.

100% humain

« L’obtention de coupes fraîches d’origine humaine étant très compliquée aujourd’hui, l’histologie est généralement enseignée à partir de tissus d’origine animale », explique Jean-Marie Ramirez dont le site internet a la particularité de présenter des lames histologiques 100 % humaines.
En collaboration avec la CHU de Montpellier, l’histologie s’associait récemment à l’anatomie pathologique pour former le plus grand site de lames virtuelles humaines disponibles sur le web. A l’origine de cette nouvelle mutation de l’histologie, Jean-Marie Ramirez qui vient à 42 ans de créer son propre groupe de recherche en cancérologie, entamait il y a quelques semaines avec l’appui d’Agathe Hubert et Vanessa Szablewski – pathologiste au CHU de Montpellier -, la numérisation de lames d’anatomie pathologique humaine. Les premiers tissus numérisés (tumeurs malignes, bénignes et pathologies non tumorales) ont ainsi été mis en ligne courant octobre et sont désormais accessibles au grand public. Ce premier site internet d’histologie et d’anatomie pathologique réalisé à partir de tissus à 100 % d’origine humaine et gratuitement accessible sur la toile est une première mondiale.

2019-01-07T15:40:56+00:007 janvier 2019|, , , |