L’Université de Montpellier obtient un nouveau financement grâce à son
projet NANOREMEDI

Le projet Functional Nano-Scaffolds for Regenerative Medicine, autrement appelé NANOREMEDI, porté par Gilles Subra, professeur à la Faculté de pharmacie et Cécile Echalier, enseignante-chercheuse spécialisée en chimie dans les biomatériaux à l’IBMM avec la participation de l’équipe de Danièle Noël à l’IRMB, a permis d’obtenir , dans le cadre  du Marie Skłodowska-Curie Actions Doctoral Network un financement à hauteur de 565 000€ pour la formation et la recherche de doctorants à l’Université de Montpellier.

Le projet NANOREMEDI en quelques mots

NANOREMEDI, dont le démarrage officiel a eu lieu le 1er septembre 2022 pour une durée de 4 ans, est un projet Marie Skłodowska-Curie Actions Doctoral Network porté par un consortium de 6 universités en Europe. L’objectif principal est de former 13 doctorantes et doctorants dans le domaine des peptides et des nanomatériaux. Chacun d’entre eux sera en cotutelle avec 2 universités, et passera la majorité de son temps dans l’université qui va le recruter, 9 mois dans la seconde puis 3 mois chez un partenaire industriel. Par ailleurs, ces doctorantes et doctorants bénéficieront de formations transverses et interdisciplinaires et participeront à des ateliers internationaux organisés par les partenaires de NANOREMEDI. L’Université de Montpellier va donc en recruter deux pour ce projet en cotutelle avec l’Université de Milan (Italie) et IC Nanogune (San Sebastian, Espagne) et en recevra deux autres pour une durée de 9 mois chacun, eux-aussi en cotutelle avec l’Université de Milan et l’Université de Jérusalem.

D’un point de vue scientifique, le projet vise à améliorer la santé humaine en s’intéressant à trois défis majeurs :

  • L’ingénierie de greffons vasculaires afin de remplacer les artères endommagées,
  • Le développement de biothérapies à base de cellules souches pour la réparation des os et du cartilage,
  • La mise au point de stratégies pour favoriser l’intégration d’implants et prévenir leur contamination bactérienne.

Un financement pour l’IBM et l’IRMB de l’Université de Montpellier

Avec l’Université de Montpellier, 5 autres universités : University of Milano (Department of Pharmaceutical Sciences), Universitat Politècnica de Catalunya (Barcelona Tech Department of Chemical Engineering), The Hebrew University Jerusalem (Institute of Chemistry), University of Pavia (Department of Drug Sciences), IC NANOGUNE  (“Self-Assembly” Group, – San Sebastian) ainsi qu’avec 11 partenaires industriels, dont deux français (Lynxter et Genepep) animent ce projet NANOREMEDI qui bénéficie d’un financement total de 3,4 M€.

A ce titre, l’UM obtient 565 K€. Ainsi l’IBMM et l’IRMB disposent de moyens pour financer des consommables et des équipements pour accompagner les thèses et organiser des workshops. Ces mêmes financements Marie Skłodowska-Curie Actions Doctoral Network permettent de déployer des programmes doctoraux en partenariat avec des universités et des entreprises de différents secteurs à travers l’Europe afin de former des doctorants hautement qualifiés, de stimuler leur créativité, de renforcer leurs capacités d’innovation et d’assurer leur employabilité à long terme en Europe.  

Informations pratiques :

Le financement Marie Skłodowska-Curie Actions Doctoral Network : https://marie-sklodowska-curie-actions.ec.europa.eu/actions/doctoral-networks

Le projet NANOREMEDI en détail : https://www.nanoremedi.eu/