Vous avez une idée potentiellement innovante dans les domaines de l’agronomie, de l’environnement et de la chimie ? Vous ne savez pas comment vous y prendre pour faire décoller votre projet ? Les 11 et 12 janvier prochain, le Booster d’Innovation Montpellier (BIM) organise sa troisième session à destination des chercheurs, agents et étudiants de l’I-Site Muse. Ateliers, rencontres, conférences, enclenchez le starter et prenez le chemin de l’innovation avec le BIM.

« En France, nous ne manquons pas d’idées c’est certain, mais nous manquons souvent de structures pour y croire et se donner les moyens de développer nos innovations. Le BIM répond vraiment à ce besoin » explique Sophie Brouillet. En juin dernier, cette spécialiste de la fécondation in vitro au CHU de Montpellier a assisté aux deux journées d’ateliers sur la thématique « biologie-santé » organisées par le Booster d’Innovation de Montpellier.

Son objectif : développer des organoïdes embryonnaires afin d’améliorer les connaissances sur les embryons humains et favoriser les chances de grossesse pour les couples stériles. « Nous manquons de connaissances fondamentales et médicales sur les embryons humains. Les organoïdes que nous voulons développer ne sont pas capables de donner un bébé mais ils miment très bien les premières étapes du développement embryonnaire et pourraient donc nous apprendre de quoi ont besoin les embryons pour bien se développer ».

Ouvert à tous les agents

Lorsqu’elle reçoit un mail en début d’année l’informant de la tenue de ces ateliers, Sophie Brouillet pense d’abord que son projet n’est pas assez abouti. « J’avais l’impression que c’était pour des projets extrêmement avancés, avec des investisseurs, mais au final cela m’a beaucoup servi, m’a permis d’éviter certains écueils, de mieux comprendre comment fonctionne le réseau ». Ouvert à tous les agents de l’I-Site Muse, la mission du BIM est en effet d’accompagner des porteurs de projet à un stade très en amont. « Il suffit d’avoir une idée avec un potentiel innovant pour pouvoir participer » explique Manon Chittaro, chargée du développement des compétences à Muse.

Un accompagnement dont le point départ est justement ces deux jours pendant lesquels les porteurs de projets vont être familiarisés avec des outils et des concepts qu’ils ne connaissent pas forcément tels que le business model. « Les participants vont apprendre à travailler sur le plan d’action et pitcher leur projet devant un jury composé de scientifiques et d’acteurs du monde socio-économique. L’objectif est que les porteurs de projet aient un retour en direct pour pouvoir s’évaluer, le tout bien sûr dans une grande bienveillance » explique Amine Mokri, chargé d’affaires incubation à l’I-Site Muse. La Satt AxLr, le BIC ou encore AD’OCC participent ainsi à ces journées et proposent notamment des séances de coaching.

Réfléchir en termes de marché

« Notre objectif pendant ces journées est également de les amener à réfléchir en termes de marché, souligne Amine Mokri. Existe-t-il quelque chose d’équivalent sur le marché ? Y-a-t-il un besoin ? Etc ». Habib Belaïd est chercheur post-doc à l’Institut Européen des Membranes. Il a participé à la toute première séance du BIM en 2020 avec son projet de biomatériaux permettant la pose d’implants dentaires. « Pour moi cela a été un vrai tremplin pour aller vers la commercialisation et mieux comprendre le monde de l’entreprise. Grâce au BIM j’ai également bénéficié d’un soutien financier de six mois pour travailler sur mon prototype ».

Un accompagnement qui lui a permis d’intégrer l’incubateur étudiant et jeunes alumni de l’Université de Montpellier et de devenir lauréat du concours d’innovation I-PhD organisé par Bpifrance. « Grâce à ce concours je bénéficie d’un accompagnement de 12 mois avec plusieurs boîtes de conseil. Je devrais bientôt déposer mon premier brevet et amorcer la start-up courant 2022. »

Les deux premières séances du BIM ont permis à une vingtaine de porteurs de projets d’affiner leur présentation et de se confronter au jury. L’occasion également pour l’Université de Montpellier et ses partenaires d’I-SITE MUSE de détecter les bons projets et de les accompagner au plus tôt. « Tous les participants du BIM bénéficient ensuite d’un accompagnement personnalisé soit par l’équipe entrepreneuriat ou l’équipe partenariat de Muse, soit par leur propre structure lorsque celle-ci dispose d’un service de valorisation. » « Qu’ils souhaitent créer une entreprise pour valoriser leur technologie ou plus simplement la transférer vers une entreprise existante, il y a un écosystème d’innovation favorable pour le faire » ajoute Amine Mokri.

Prochain BIM les 11 et 12 janvier

Enfin, le BIM en créant désormais des sessions thématisées permet à des porteurs de projet issus d’un même domaine de se rencontrer et d’échanger autour de leur innovation. « Dans les ateliers biologie santé, il y en avait beaucoup qui travaillaient sur les organoïdes et qui ne se connaissaient pas entre eux. Ces deux jours ont été l’occasion pour eux de discuter et de repérer des points sur lesquels ils pouvaient travailler ensemble et faire en plus de l’interdisciplinarité » conclut Manon Chittaro. Le prochain rendez-vous du BIM se tiendra les 11 et 12 janvier prochain. Vous êtes dans les domaines de l’agronomie, environnement ou de la chimie ? Vous avez une idée innovante ? N’hésitez plus, inscrivez-vous, le BIM n’attend que vous pour développer vos projets !

Pratique : pour s’inscrire remplissez le formulaire d’inscription. Vous avez des questions ? Contactez-nous par email.