La plateforme technologique SynBio3 “plateau polymère” en collaboration avec le département «Polymères pour la Santé et Biomatériaux» de l’IBMM, le Pôle Protéome de Montpellier et la société MedinCell se sont associés autour du projet BIOPOLTRACE.

Lauréat de l’AAP Plateformes Régionales de Recherche et d’Innovation (PRRI) 2020, le projet BIOPOLTRACE vise à développer de nouvelles méthodes de suivi de dégradation in vivo de polymères utilisés dans le domaine médical et pharmaceutique.Dans le cadre des obligations réglementaires associées à la mise sur le marché d’un dispositif médical implantable ou d’un médicament injectable, l’évaluation de la dégradation des matériaux utilisés, l’identification des produits de dégradation et la question du devenir de ces produits de dégradation sont centrales en vue de l’obtention d’un marquage CE ou d’une autorisation de mise sur le marché.

A ce jour, les polymères comme le poly(acide lactique) (PLA) et le poly(éthylène glycol) (PEG) contenus dans les dispositifs médicaux et les médicaments sont soumis à ces obligations. Mais les méthodes actuelles de suivi de dégradation des polymères utilisant des techniques de marquage avec des sondes radioactives ou fluorescentes sont limitées et présentent de nombreux inconvénients.

BIOPOLTRACE vise à pallier ces limitations en permettant de réaliser un suivi de dégradation de copolymères de type PLA-PEG in vivo par le biais de méthodes analytiques de spectrométrie de masse de type Maldi-Tof et de chromatographie liquide couplée à la spectrométrie de masse (LCMS, LC 2D/MS, SEC, etc.).

De plus, le marquage isotopique au carbone 13 des espèces à étudier sera également utilisé permettant notamment d’améliorer la sensibilité des techniques analytiques.

Contacts : Vincent DarcosBenjamin Nottelet