Lucie Esnault et Manon Bruno, joueuses de l’équipe de football féminine universitaire sont championnes de France 2019 et étudiantes en STAPS à l’UM.

Lucie Esnault et Manon Bruno

La première, Lucie Esnault, est gardienne et prépare une carrière professionnelle, la seconde, Manon Bruno, est milieu de terrain. Toutes les deux sont de vraies passionnées de foot et apprécient à sa juste valeur « l’ambiance très amicale » de cette équipe universitaire. « Pendant cette compétition on s’est beaucoup amusé en dehors des matches mais sur le terrain on était toutes à fond » déclare Lucie. Une recette qui fonctionne puisque les Montpelliéraines, emmenées par leurs coaches Frédéric Dumazert et Laurent Mortel, ont remporté le championnat de France universitaire et sont arrivées 4e au championnat d’Europe cet été à Madrid.

« J’ai tout de suite aimé le ballon »

Pour Manon, 24 ans, l’amour du ballon rond s’est déclaré vers l’âge de 12 ans. « Je jouais tout le temps dans la rue avec mes copains alors j’ai demandé à ma mère de m’inscrire dans un club et elle a dit oui. » Montpellier Hérault, ASPTT Montpellier, deux ans à Nîmes où elle enchaîne les allers-retours en train après la classe et les week-ends, puis retour à l’ASPTT, pour Manon les choses sont claires, « Tout me plaît dans le foot, je ne pourrais rien faire d’autre. » Une passion qu’elle décline dans ses études puisque Manon vient de terminer sa licence entraînement sportif à l’UFR STAPS de Montpellier.

De son côté Lucie, 19 ans, originaire des Charentes Maritimes, plonge dans les cages dès l’âge de six ans. « On allait voir mon père jouer tous les week-ends. J’ai tout de suite aimé le ballon ! » Joueuse au MHSC en première division et division d’honneur depuis un an, elle bénéficie du statut de joueuse de haut niveau lui permettant d’effectuer ses trois heures d’entraînement par jour sans que ses études de STAPS n’en pâtissent trop. « Cela évite d’être pénalisé quand on n’assiste pas au cours mais il faut trouver le temps de les rattraper et ce n’est pas toujours simple » admet-elle.

« Tellement d’émotions sur le terrain »

Une détermination sans faille affichée par ses deux athlètes qui mettent en avant les valeurs « d’abnégation et de sérieux » indispensables dans le sport mais aussi et surtout « l’esprit collectif, l’envie de tout donner parce que notre équipe ça devient un peu notre famille. On vit tellement d’émotions sur le terrain » déclare Manon Bruno.

Toutes deux évoquent, avec un certain amusement, les remarques qu’elles ont dues parfois essuyer. « Toute mon enfance on m’a dit que j’étais un garçon manqué parce que je jouais au foot mais franchement je m’en fichais » se souvient Lucie Esnault. Alors quand la Coupe du monde a enfin mis à l’honneur la version féminine de ce sport adulé, elles n’en ont pas raté une miette : « Ça fait du bien de voir le public s’y intéresser et je suis certaine que cela va être un véritable tremplin pour toutes les filles qui veulent jouer au foot » espère Manon.

Amoureuse du voyage, cette dernière voit également dans le foot un très bon moyen « de s’ouvrir l’esprit et de rencontrer des gens de tous les pays. A Madrid cet été, je me suis fait des amies russes et allemandes. » Une expérience qu’elle aimerait prolonger dans sa vie professionnelle en devenant coach à l’étranger par exemple. Un souhait également partagé par Lucie même si cette dernière l’affirme bien haut : « Ce que je veux, c’est être joueuse de foot professionnelle ! »

Les sportifs de l’UM au top !

L’Université de Montpellier célèbre ses sportifs médaillés aux Championnats universitaires du monde, d’Europe et de France lors d’une cérémonie annuelle organisée par le SUAPS. Retrouvez les portraits de ces champions qui mènent de front la double vie exigeante d’étudiant-sportif. Lire tous les portraits…