Adossée à un réseau national, l’école d’ingénieurs mise sur une formation sélective, au plus près du monde de l’entreprise et des innovations technologiques. Résultat : une insertion record pour ses étudiants et une réputation bien établie.

Crédits Luc Jennepin

Dans le hall de l’école Polytech Montpellier, un panneau décline les réussites professionnelles des étudiants passés par l’établissement. On y apprend ainsi que tel ancien s’est aujourd’hui fait une place à la NASA, qu’un autre assure la direction de Veolia pour l’Europe de l’Est, et que de nombreux anciens de l’école trustent des places de choix dans de prestigieux groupes industriels, quand ils (ou elles) n’ont pas lancé avec succès leur propre entreprise. L’école dédiée aux métiers de l’ingénieur n’est pas peu fière de ces réussites, et de chiffres d’insertion flirtant avec les 90 % 6 mois après l’obtention du diplôme.

NASA, Airbus, Veolia…

« Derrière la dizaine d’écoles que tout le monde connaît, comme l’Ecole Polytechnique ou Centrale, le réseau Polytech est considéré comme un interlocuteur majeur pour les ministères et les entreprises », se félicite Serge Pravossoudovitch, directeur de Polytech Montpellier.

Plus qu’une école, Polytech c’est un réseau de 14 établissements répartis dans les principales villes de France. Constitué en 2003 dans le prolongement du réseau Eiffel, le réseau Polytech peut se prévaloir du statut de « plus grand réseau d’écoles d’ingénieurs français ». Polytech Montpellier voit ainsi chaque année 300 ingénieurs sortir de ses murs. Des étudiants qui auront eu le privilège de bénéficier d’équipements de pointe tout au long de leur cursus. « L’un des gros avantages d’être une école universitaire, c’est cette proximité avec les laboratoires de recherche », explique Serge Pravossoudovitch.

Esprit école

Une excellence qui a un prix, celui de la sélection. Recrutés sur concours à bac +2, les élèves-ingénieurs peuvent également postuler dès après le bac à un cycle d’études préparatoires de deux ans. L’accès est ici aussi conditionné par un concours très sélectif. Composée de 9 départements recouvrant autant de spécialités, la formation délivrée par l’école universitaire se déploie dans des domaines comme le génie biologique et alimentaire, la microélectronique et les systèmes embarqués, l’informatique associée à la gestion, la mécanique, les matériaux ou les sciences de l’eau… Une formation assurée par 130 enseignants mais aussi par près de 300 intervenants issus du monde de l’entreprise.

L’objectif : adapter les enseignements aux exigences d’un marché qui évolue à la vitesse des innovations technologiques. Ici, l’« esprit école » n’est pas un vain mot : tutoiement de rigueur, proximité avec les étudiants et esprit familial. Un cocktail qui fait de Polytech l’un des lieux de formations les plus « relax » de l’UM. En apparence seulement, car le sérieux est de mise pour des étudiants amenés à occuper, dès leur sortie de l’école, des postes à responsabilité dans des secteurs aussi sensibles que l’aéronautique, l’automobile, la sûreté alimentaire, la robotique ou l’aérospatial…

Chiffres clés

  • 1 400 élèves
  • 9 spécialités
  • 45 personnels administratifs et techniques
  • 130 enseignants
  • 300 intervenants professionnels
  • Plus de 100 universités partenaires dans le monde
  • 600 entreprises d’accueil
  • 12 laboratoires de recherche partenaires

Polytech derrière Kito de Pavant !

L’école Polytech et le navigateur languedocien Kito de Pavant sont engagés depuis 2014 dans un partenariat autour de « Made in Midi », le
programme collaboratif de développement d’un bateau taillé pour les plus grandes courses à la voile.
Une occasion en or pour les élèves-ingénieurs de se mesurer à un défi technologique de taille : participer à la mise au point d’une embarcation capable de naviguer plusieurs mois, sans escale, lors du mythique Vendée Globe. Si en 2017 la chance ne fut pas du côté du navigateur, contraint à l’abandon dans les mers du sud, l’expérience aura permis aux étudiants de Polytech de mettre en pratique leurs connaissances pour la conception d’outils d’aide à la prise de décision, le choix des matériaux et même la conception d’éléments tels que le safran, réalisé par une équipe de l’UM comptant dans ses rangs plusieurs étudiants de Polytech !

L’équipe de Polytech remporte la Coupe de France de Robotique 2018

Les 10, 11 et 12 mai 2018 à La-Roche-sur-Yon, Robotech Legends, le club de robotique composé d’anciens étudiants de Polytech Montpellier, a remporté la coupe de France de robotique et terminé 3e de la finale Eurobot Open.

Lors de ce défi ludique, scientifique et technique de robotique amateur les participants ont conçu puis réaliser un robot autonome, conforme au règlement, à l’esprit de cette rencontre et apte à participer aux matchs.
L’équipe Robotech Legends est composée de cinq anciens élèves de Polytech Montpellier : Romain Penot, Alexandre Schutz, Denis Jullien, Carole Jacquinot et Guillaume Patrigeon, agissant comme chef d’équipe et doctorant au LIRMM dans le département Microélectronique.