Depuis six ans, Jean-François Fauveau est jardinier-botaniste au Jardin des plantes de Montpellier. Entre permaculture, surveillance des grands arbres, ruches mais aussi communication, il nous raconte son métier dans la série vidéo « Rouages » produite par l’Université de Montpellier.
Le 30 novembre dernier, Jean-François Favier a été distingué par la Société nationale d’horticulture de France en recevant le Grand Prix de la catégorie « jardins et parcelles pédagogiques » du concours national des jardins potagers.

Saviez-vous que le chou Daubenton est un légume perpétuel qui vous laissera déguster ses feuilles tout au long de l’année ? Que le fenouil équilibre à merveille les petits désagréments du topinambour, que la bardane protège vos tomates du mildiou ou que les œillets d’Inde attirent les coccinelles, grandes consommatrices de pucerons ? Des petites astuces que Jean-François Fauveau, jardinier botaniste au Jardin des plantes, délivre à la pelle à un public de plus en plus ouvert aux joies du jardinage.

C’est suite au premier confinement que naît l’idée de mettre en place un nouveau jardin comestible permaculturel, « un endroit où l’on peut trouver des fruits, des légumes mais aussi des fleurs comestibles et des plantes aromatiques pour expliquer aux gens de Montpellier ce qu’ils peuvent faire pousser s’ils ont un balcon, une terrasse, un jardin ou un terrain de plusieurs hectares » explique-t-il.

A l’ombre de l’amandier

Situé dans la partie nord du jardin en amont de l’Orangerie, ce jardin extraordinaire offre aux regards gourmands : une vigne Isabelle « variété ancienne autrefois interdite sous prétexte qu’elle rendait fou, elle est au contraire résistante à toutes les maladies », des artichauts et des pommes de Provence, des oignons, des radis, des coings comestibles crus, des tomates, des blettes grandes comme des arbustes… Le tout à l’ombre d’un magnifique amandier.

Quand il n’est pas au potager, c’est dans les allées de ce jardin de 4 hectares que Jean-François s’active : suivi des grands arbres, entretien des collections végétales, sécurisation des parcours afin de garantir le meilleur accueil possible au public. « Nous sommes neuf jardiniers parmi lesquels deux se consacrent aux serres et un responsable des cultures. L’équipe compte aussi une secrétaire en charge des commandes, un taxonomiste et une chargée des collections de la graineterie », le tout sous la houlette de Thierry Lavabre Bertrand, professeur en médecine et directeur du jardin.

Quatre ruches

Depuis un peu plus d’un an, l’emploi du temps de Jean-François Fauveau s’est encore étoffé avec l’installation au jardin de quatre ruches par l’association Apiscola, spécialiste de la pédagogie autour de l’abeille.  « Cela nous permet de faire de l’animation afin d’aider le public à mieux comprendre les enjeux autour de nos végétaux, de l’alimentation et des abeilles en contexte urbain.»  Un rapport au public qu’apprécie tout particulièrement celui qui débuta sa carrière de jardinier paysagiste en travaillant sur des ronds-points ou près des autoroutes. « Quand on travaille au Jardin des plantes on ne vient pas le matin pour installer des plantes sans jamais savoir ce qu’elles vont devenir. On installe des collections qui ont un but thématique, agroécologique et on défend les valeurs qui vont avec en faisant de la pédagogie auprès du public. »

Ce goût pour la communication et pour la transmission, Jean-François Fauveau le tient aussi de son ancienne vie d’infographiste venu d’Ile-de-France il y a un peu moins de dix ans pour se reconvertir dans le paysagisme. Une expérience qu’il met aujourd’hui au profit du jardin en alimentant les réseaux sociaux et en réalisant la communication de l’évènement annuel Primavera. Une journée unique où pépiniéristes, chercheurs, jardiniers, artistes et bien sûr public célèbrent l’arrivée du printemps dans le cadre exceptionnel du jardin. « Je réalise les affiches, les flyers, je coordonne la journée et après 3 annulations consécutives j’ai hâte de renouer avec ce très beau rendez-vous où les plantes sont vraiment à l’honneur. » Cet été Jean-François Fauveau accueillera d’ailleurs le public pour des visites sur le « Jardin comestible permaculturel » les vendredis 1, 8, 22, 29 juillet et 5, 12, 19 août à 10h30.

Grand prix du concours national des jardins potagers

C’est un peu comme les poupées russes : un jardin extraordinaire au cœur d’un jardin extraordinaire. Jean-François Fauveau jardinier-botaniste au Jardin des plantes fait partie des huit lauréats du concours national des jardins potagers. Son potager pédagogique de 450m2, situé dans le carré n°4 de l’école de systématique de Candolle, a séduit le jury de la Société nationale d’horticulture de France qui lui a attribué le Grand prix dans la catégorie 4 « jardins ou parcelles pédagogiques ». Pour symboliser cette reconnaissance, un diplôme lui a été remis le mercredi 30 novembre 2022 lors d’une cérémonie organisée à Paris.

 

La plante préférée de Jean-François Fauveau ?

Le lierre aussi appelé Hedera helix, une plante qui si elle n’est pas à première vue la plus belle ou la plus originale, recèle pourtant des pouvoirs impressionnants. Un pouvoir médicinal pour commencer puisque « le lierre est connu pour soulager les bronches et les maux de tête, détaille le jardinier. Il est également un formidable abri pour la biodiversité. » Mais si Jean-François Fauveau admire particulièrement cette plante tout droit venue de l’ère du Crétacé c’est pour « son incroyable endurance. On estime qu’elle pourrait vivre jusqu’à 4000 ans ! »