Ce troisième symposium, conçu et organisé par le Centre de Soutien aux Innovations Pédagogiques (CSIP), s’est tenu les 12 et 13 octobre derniers à l’Université de Montpellier. Retour sur un rendez-vous incontournable de la transformation pédagogique dans l’enseignement supérieur qui a rassemblé plus d’une centaine d’experts nationaux et internationaux.

Lors de cet évènement, le CSIP a fédéré un ensemble d’acteurs majeurs issus de différents milieux poursuivant ainsi une réflexion collective initiée en 2018. Ce 3ème symposium s’est tenu les 12 et 13 octobre derniers à l’Université de Montpellier. Au programme : séances plénières, ateliers, brainstorming futuriste et table ronde, proposés par plus de 30 intervenants de haut niveau. Plus de cent enseignants-chercheurs, étudiants, décideurs, ingénieurs pédagogiques, EdTechs… sont ainsi venus réfléchir aux évolutions pédagogiques et imaginer des perspectives d’avenir après une crise qui a bousculé l’ensemble des acteurs de l’enseignement supérieur.

« Ce rendez-vous est l’occasion de revenir sur 10 ans de transformations pédagogiques et sur une crise qui a révélé autant de besoins que de créativité et d’opportunités. Au cours de ces deux journées nous avons pu penser et imaginer ensemble l’université de 2031 » souligne Mireille Brangé, Coordinatrice de la stratégie nationale d’accélération pour l’enseignement et le numérique au Secrétariat général pour l’investissement (SGPI), qui a inauguré ce symposium aux côtés de Philippe Augé, Président de l’Université de Montpellier et d’Anne-Sophie Barthez, Directrice générale de l’enseignement supérieur et de l’insertion professionnelle au MESRI.

Des séances de travail inédites

L’équipe du Centre de Soutien aux Innovations Pédagogiques a proposé, en collaboration avec le Louvain Learning Lab, l’Université Catholique de Lille, le Centre national des arts et métiers,  plusieurs sessions de travail inédites autour de trois axes principaux structurant les grandes étapes de la transformation pédagogique de 2010 à 2031. « L’objectif est d’apprendre des 10 années écoulées, d’interroger les pratiques enseignantes et étudiantes, d’identifier les différents enjeux afin de générer un questionnement pertinent pour les 10 années à venir », explique Brigitte Lundin, Directrice du CSIP de l’Université de Montpellier.

Mieux anticiper l’avenir

Venus de toute la France, enseignants et étudiants ont témoigné de leur vécu pédagogique pendant la crise sanitaire. « Au-delà de la sidération et des interrogations, ce que l’on souhaite, c’est identifier ensemble, différentes initiatives pédagogiques pour tirer toutes les leçons de la période de crise que nous venons de vivre, précise Jean-Patrick Respaut, vice-président délégué aux formations de l’Université de Montpellier. Nous souhaitons mieux anticiper le futur et ne pas nous retrouver dans la situation d’impréparation à laquelle nous avons tous été confrontés. »

Enfin, la présence de facilitateurs graphiques a permis de dévoiler une synthèse géante des ateliers de brainstorming futuriste. Ces temps créatifs ont dynamisé le travail collectif et impulsé des idées innovantes sur l’avenir du monde de l’enseignement supérieur, avec ses tensions et ses transformations. Ces deux journées de réflexion et de rencontres se sont achevées par une table-ronde sur les perspectives internationales et les axes prospectifs. « L’avenir est ici et il commence maintenant ! » conclut Brigitte Lundin. Prochain rendez-vous en 2022.