En live sur la chaîne YouTube de l’UM.

Bien-être, protection et droit animal : une préoccupation croissante

Du point de vue juridique, le statut des animaux a beaucoup évolué au cours des siècles : d’un bien parmi d’autres à la disposition de son propriétaire, l’animal est passé petit à petit à un être sensible, capable de raisonner et de souffrir.

Si la loi du 28 janvier 2015 modernisait le statut de l’animal en reconnaissant sa nature d’être vivant et sensible, le Parlement vient d’adopter la proposition de loi visant cette fois à renforcer la lutte contre la maltraitance animale. Le texte porte notamment sur l’interdiction de la vente de chiens et chats en animalerie, l’élevage pour la fourrure, et la présence d’animaux sauvages dans les cirques.

Cependant, les animaux de compagnie, animaux d’élevage ou animaux sauvages, ne sont pas égaux, ni dans le droit, ni dans les esprits. Il existe en outre des différences culturelles fortes d’un pays du globe à un autre.

Il semble aussi y avoir des disparités de la considération morale, une hiérarchisation parmi les espèces en fonction de critères d’utilité, de domestication, d’esthétisme, de nuisance ou de dangerosité… L’éthique animale est dès lors globalement réinterrogée.

Pour en débattre, quatre experts pluridisciplinaires seront réunis et répondront en direct aux questions du public connecté :

  • Marianne Celka, Docteur en sociologie, Maître de conférences en sociologie à l’Université Paul Valéry Montpellier, chercheur au Laboratoire d’Etudes Interdisciplinaires sur le Réel et les Imaginaires Sociaux (LEIRIS) ;
  • David Gomis, Directeur zoologique du Parc zoologique du Lunaret à Montpellier ;
  • Elise Huchard, chargée de recherche à l’Institut des Sciences de l’Evolution (CNRS-Université de Montpellier) ;
  • Claire Vial, professeur de Droit public, directrice de l’Institut de Droit Européen des Droits de l’Homme (IDEDH).