Cette semaine nous recevons Cédric Gaillard, chercheur en économie au Cirad, et Eric Verger, chercheur en nutrition à l’IRD. Ils sont tous deux membres de l’équipe Moisa et nous parlent de leur étude sur le lien entre diversification de la production agricole en Tunisie et diversification alimentaire des femmes.

Cédric Gaillard, chercheur en économie au Cirad, et Eric Verger, chercheur en nutrition à l’IRD

Le thème du jour nous emmène en Tunisie, plus exactement dans le gouvernorat de Sidi-Bouzid au centre du pays. Une région caractérisée par ses plaines fertiles, ses sous-sols karstiques et son économie basée sur l’agriculture : céréales, maraîchage, arbres fruitiers mais aussi élevage et production laitière.

Pour les férus d’actualité ou d’histoire contemporaine, Sidi Bouzid c’est aussi le berceau de la Révolution de Jasmin survenue en 2011, lorsqu’un jeune vendeur de fruits et légumes s’était immolé par le feu pour protester contre ses conditions de vie, exposant ainsi aux yeux du monde les dysfonctionnements profonds de la société tunisienne.

Nos invités sont Eric Verger, chercheur en nutrition et Cédric Gaillard, chercheur en économie. Ils ont choisi Sidi Bouzid comme terrain d’enquête d’une étude portant sur le lien entre diversification de la production dans les fermes familiales et diversité de l’alimentation des femmes qui y vivent et y travaillent. Un projet mené en collaboration avec l’INNTA, Institut tunisien de la nutrition et des technologies alimentaires

Leur étude publiée dans Plos One le 8 février dernier nous livre une approche originale et innovante, fruit d’un terrain mené dans le cadre du projet Medina sur les systèmes alimentaires en Méditerranée.

A lire :