En janvier 2020, l’Université de Montpellier offrait à son plus grand site, le Campus Triolet, un nouveau visage. Réalisé dans le cadre de l’Opération Campus, ce projet baptisé Village des Sciences, dote ainsi le campus de deux nouveaux bâtiments.

Une nouvelle entrée sur le campus

Numéroté 36 ce premier bâtiment constitue la nouvelle porte d’entrée de la Faculté des sciences . Ouvert sur la ville et traversant, il forme un passage couvert permettant l’accès au campus Triolet depuis la place Eugène Bataillon. La dentelle perforée qui orne sa façade est une traduction en langage binaire des grands noms de l’histoire des sciences depuis l’Antiquité. Conçu sur cinq étages et s’étalant sur une surface de 8660m2 il est entièrement consacré à l’enseignement. « Il comprend 9 amphithéâtres, 40 salles de TD et 9 salles d’informatiques totalement adaptés à nos besoins pédagogiques » explique Alain Hoffman, directeur de la Faculté. On y trouve également plusieurs espaces de vie, terrasse, loggia et gradins…

Un bâtiment consacré à la biologie et l’écologie

Marquée dans son identité par son excellence en biologie et en écologie, l’Université leur a dédié le bâtiment 35. « Il réunit sur un seul pôle les enseignements et les services administratifs jusqu’alors disséminés sur trois sites » poursuit le directeur. Déployé sur trois niveaux, le bâtiment dispose de 25 salles de travaux pratiques et de locaux de préparation. « Il permet le déroulement des séances de TP organisées par groupe de vingt personnes, et répond aux conditions de stockage des produits et du matériel selon les règles de sécurité et d’hygiène ». Ce bâtiment munie d’une serre permet également l’accès aux espaces végétalisés à vocation pédagogique et aux terrains d’expériences existants sur le campus.

Des sciences et de l’art

C’est le plasticien Vincent Mauger qui a été choisi pour réaliser le plafond du bâtiment 36 du Village des Sciences. Son oeuvre rejoindra ainsi le patrimoine acquis depuis près de 60 ans par la Faculté des sciences dans le cadre du 1 % artistique : les Colonnes de Pol Bury (1974), les fresques ou le bardage de la bibliothèque universitaire réalisés par Yvaral (1972), la tapisserie de François Desnoyer (1972), ou encore les Sept signes de vie, d’Albert Dupin (1970). On citera également l’« Hommage à Confucius », oeuvre commandée en 2000 par le maire de la ville Georges Frêche au sculpteur Alain Jacquet représentant du pop-art made in France. Rebaptisée avec humour « le donut-saucisse » par des générations d’étudiants, cette œuvre située à l’entrée du campus est aujourd’hui un des symboles de l’esprit potache qui caractérise également l’Université.

Phase B

La deuxième phase du projet, appelée Villages des sciences B, se poursuivra avec la démolition de l’actuel bâtiment 6 et son remplacement par un projet d’environ 5 000 m2 de surface utile découpée en deux ensembles. Le premier dédié à l’enseignement accueillera les départements de physique, d’ informatique, de mécanique et d’EEA (électronique électrotechnique et automatisme). Il intégrera dans sa construction les fortes spécificités exigées par ces disciplines (charges au sol, processus antivibratoires, etc.) Le second ensemble sera dédié aux étudiants et à la médecine préventive.

La construction du Village des sciences s’accompagne d’une grande opération de renouvellement paysager prévoyant notamment la requalification des espaces extérieurs des campus Nord de Montpellier, Triolet, Balard et route de Mende. Objectif : favoriser les mobilités douces, améliorer l’accessibilité PMR, et faire de notre faculté, là encore, un lieu à la hauteur des enjeux actuels.