L’Université de Montpellier a officiellement approuvé le don d’actions du groupe suisse MedXCell, lui permettant ainsi d’entrer dans le capital de sa filiale montpelliéraine MedXCell Science. Fondée en 2018 par Laurent Zbinden, pour valoriser les travaux de l’Institut de médecine régénérative et biothérapie, elle ambitionne de rendre accessible à tous et toutes les thérapies cellulaires applicables à l’arthrose.

© Jezper – stock.adobe.com

« Il est assez rare qu’une université entre directement dans le capital d’une entreprise et encore plus rare que cela se produise suite à un don d’actions. Pour ma part je n’en ai pas d’autre exemple » explique François Pierrot, vice-président délégué à l’innovation. En effet si les partenariats publics-privés impliquant l’Université ne sont pas rares, ces derniers s’opèrent généralement via la Satt Axlr, filiale commune de l’Université et du CNRS. La société MedXCell a quant à elle fait le choix de resserrer encore son lien avec le CHU et l’UM en offrant littéralement à chacun, des parts du capital dans sa filiale montpelliéraine MedXCell Science.

Une offre en faveur de laquelle le conseil d’administration de l’UM a voté. « Cette entreprise est née chez nous, elle est hébergée sur un des campus du CHU, mais ce n’est pas une raison suffisante. Nous hébergeons une trentaine de start-up et nous n’entrons pas dans leur capital pour autant, rappelle François Pierrot. Nous y sommes allés parce que cette opération s’effectue dans des conditions financières qui sont totalement favorables à l’Université, puisque cela ne nous coûte rien. Mais aussi et surtout parce que la mission que se donne cette entreprise est vraiment tout à fait en phase avec le rôle et les valeurs de l’UM », souligne le vice-président.

Des thérapies cellulaires pour tous et toutes

C’est en 2016 que Laurent Zbinden crée, en Suisse, la société MedXCell. Entrepreneur autodidacte, il a, selon ses dires, « le CV le plus léger de toutes les personnes engagées dans l’aventure MedXCell ! ». Un CV qui ne l’empêche pas de créer sa première société à 18 ans, prélude d’une solide carrière d’entrepreneur qu’il mène loin du domaine des biotechnologies. Lorsqu’il commence à s’y intéresser avec « l’intuition que des choses importantes peuvent y être réalisées », Laurent Zbinden repère les travaux de Christian Jorgensen, directeur de l’Institut de médecine régénérative et biothérapies (UM, CHU et Inserm), spécialiste des thérapies cellulaires à base de cellules stromales mésenchymateuses (MSCs) appliquées à l’arthrose et notamment à l’arthrose du genou.

Les deux hommes se rencontrent en 2015 et, rapidement, l’entrepreneur pressent le potentiel économique et humain de ces travaux. « À MedXCell nous pensons que les thérapies cellulaires vont transformer la santé et notre objectif est de produire ces thérapies à grande échelle afin d’en diminuer les coûts et de les rendre accessibles à tous et non plus seulement à ceux qui peuvent se les payer » explique Laurent Zbinden. Le projet d’implanter à Montpellier une filiale de MedXCell, pour valoriser les travaux de l’IRMB et en faire bénéficier les patient.e.s, germe dans l’esprit des deux hommes qui ne tardent pas à en faire part au directeur général du CHU de Montpellier, Thomas Le Ludec. Le centre hospitalier et la start-up s’associent en 2018 pour fonder MedXCell Science.

Implantation locale

Quinze personnes sont recrutées par la société, qui intègre l’incubateur en biotechnologies Cyborg basé sur le campus Gui de Chauliac‐Saint-Eloi du CHU de Montpellier. « Il était primordial pour nous d’être implantés au plus près de l’IRMB en créant, avec le CHU, une entité juridique séparée » explique Lionel Brodard, le directeur financier de MedXCell. La collaboration avec François Pierrot et l’Université de Montpellier est très vite devenue une évidence tant notre entente à tous est parfaite. » À tel point qu’en 2020, MedXCell fonde une seconde société, MedXCell NKar avec pour objectif cette fois, « de valoriser les travaux de recherche d’une autre entité au sein de l’IRMB qui travaille sur l’immunothérapie cellulaire » précise le directeur financier. « Nous allons grandir à Montpellier, promet Laurent Zbinden, d’ici à deux ans, nous serons une cinquantaine sur le site où nous prévoyons d’ailleurs d’étendre notre implantation. »

Actions de consolidation

Côté scientifique, les travaux de Christian Jorgensen et de ses associés, John de Vos et Danièle Noël, continuent de nourrir tous les espoirs. « C’est encore en phase clinique, il faut donc faire attention à ce que l’on dit, mais les cellules stromales mésenchymateuses semblent montrer un effet bénéfique pour diminuer la douleur, améliorer la mobilité et ralentir la progression de l’arthrose du genou », se réjouit Lionel Brodard.

Des perspectives brillantes pour les équipes de Montpellier, que Laurent Zinden a donc souhaité consolider en ouvrant les portes de son capital à ses deux partenaires de confiance, via ce don d’actions. « Cela avait vraiment du sens que l’Université entre, au même titre que le CHU. Il y a un vrai partenariat privé-public et il ne peut pas être mieux défini que par cette collaboration. Ce partenariat nous donne une visibilité énorme et témoigne de la solidité de la science derrière MedXCell. C’est un vrai pacte de confiance pour créer quelque chose qui va changer le monde ! »