Bienvenue dans l’émission co-produite par l’Université de Montpellier et Divergence-FM qui vous emmène en croisière dans les laboratoires de l’archipel Muse. Cette semaine William Bourguet, du centre de biologie structural nous parle de son étude sur « l’effet cocktail » des perturbateurs endocriniens. En 2e partie d’émission Eric Desmarais vous fait visiter la plateforme de génotypage et de séquençage GenSeq.

© photka – stock.adobe.com

Et que diriez-vous d’une petite baignade aujourd’hui ? Bisphénol A, parabènes, phtalates, alkylphénols, chaque jour notre corps prend sa dose de perturbateurs endocriniens. lls sont présents dans l’eau, dans l’air, dans vos vêtements, vos cosmétiques, vos détergents, le plastique, les pesticides bien sûr mais aussi la peinture, les tickets de caisse. Jusqu’en 2010 ils étaient même dans les biberons de vos enfants. Bref ils sont partout et pour le moment difficile de compter sur le législateur pour nous en protéger. Pire : des chercheurs démontrent aujourd’hui que ces substances pourraient avoir des effets encore plus nocifs lorsqu’elles sont combinées, c’est ce qu’on appelle l’effet cocktail. Notre invité du jour, William Bourguet, est chercheur au Centre de Biologie Structurale, il signe avec son confrère Patrick Balaguer une étude sur le sujet publiée dans le journal PNAS (Proceedings of the National Academy of Sciences).

En seconde partie d’émission la rubrique en Salle des machines nous emmène sur la plateforme de génotypage et de séquençage GenSeq. Et c’est Eric Desmarais qui nous fait la visite.

En fin d’émission Amrin nous rejoindra pour une chronique dédiée à la start-up DiappyMed qui développe une innovation à destination des personnes souffrant de diabètes mais sportifs quand même.

Pour en savoir plus :