Bienvenue dans l’émission co-produite par l’Université de Montpellier et Divergence-FM qui vous emmène en croisière dans les laboratoires de l’archipel Muse. Cette semaine nous partons en Côte d’Ivoire, où le gouvernement et l’OMS viennent de valider officiellement l’élimination de la trypanosomiase humaine africaine, ou maladie du sommeil, en tant que problème de santé publique. On en parle avec Vincent Jamonneau parasitologiste à l’IRD dans l’équipe INTERTRYP, et co-auteurs d’un article publié en février dernier dans Plos Neglected Tropical Diseases.

Aujourd’hui cap sur la Côte d’Ivoire où nous attend une grande et bonne nouvelle : l’OMS vient de valider officiellement l’élimination de la trypanosomiase humaine africaine en tant que problème de santé publique. Alors je vous entends d’ici, « grande nouvelle, grande nouvelle d’accord ! Mais c’est quoi la trypanosomiase humaine africaine ? » Vous ne le savez pas pourtant cette maladie vous la connaissez, et vous la connaissez même bien…. Si je vous parle de maladie du sommeil et de son tout aussi célèbre vecteur la mouche tsé-tsé, les choses sont plus claires n’est-ce pas ?

Programme TrypaNo !

Cette maladie endémique de l’Afrique subsaharienne est provoquée par un parasite identifié au tout début de 20e siècle : le trypanosome de Bruce du nom de son découvreur, Sir David Bruce. Un parasite à l’origine de trois évènements épidémiques majeurs au 20e siècle ayant causé la mort de plusieurs millions de personnes. Si la trypanosomiase s’est faite plus discrète ces dernières décennies, elle n’a pour autant pas disparu et continue d’infecter plusieurs centaines de personnes chaque année en Afrique.

En Afrique, mais plus en Côte d’Ivoire donc où le programme national d’élimination de la maladie à permis de faire baisser le nombre des contaminations à seulement 9 depuis 2015. Un résultat spectaculaire obtenu grâce au soutien de la recherche et notamment au partenariat historique entre l’institut Pierre Richet situé à Bouaké en Côte d’Ivoire et l’équipe Intertryp composée de chercheurs de l’IRD et du CIRAD et de leur programme baptisé TrypaNO ! On en discute avec Vincent Jamonneau, notre invité du jour. Il est parasitologiste à l’IRD, membre de l’équipe Intertryp et co-auteur d’une publication sortie en février dernier dans Plos Neglected Tropical Diseases.

En Côte d’Ivoire, le programme TrypaNo insiste sur le dépistage pour faite disparaître la trypanosomiase africaine humaine.

Un piège à mouche tsé-tsé. Les scientifiques ont découvert que la couleur bleue attirait l’insecte.

Pour en savoir plus :