A l’invitation de l’Université de Montpellier et de ses partenaires du programme d’excellence I-SITE, les acteurs de l’écosystème de l’innovation étaient réunis au Village des Sciences ce mardi 18 octobre pour la 3ème édition de l’Afterwork de l’innovation. Cinq chercheuses et chercheurs engagés dans des démarches d’innovations ouvrant de nouvelles voies économiques, technologiques ou sociétales pour de nouveaux usages ont été mis particulièrement à l’honneur en recevant les Prix de l’Innovation 2021-2022.

Avant de procéder à la remise des prix, Philippe Augé, président de l’UM et Philippe Combette, vice-président en charge des partenariats et de l’innovation, ont annoncé le lancement prochain d’une 3ème campagne de soutien à la mise en place de nouveaux partenariats. Des partenariats qui incluent l’arrivée de nouveaux salariés d’entreprises ou porteurs de projets de création d’entreprises dans les structures de recherche à travers le programme Companies on campus. À suivre.

Le jury présidé par Franck Molina, directeur de SyS2Diag et lauréat du Prix de l’innovation 2020, a retenu une candidature pour chacun des 5 pôles de recherche. Sur les 24 dossiers, seuls les plus remarquables tant au niveau de l’impact, que du caractère novateur et récent de l’innovation ont été retenus. Les lauréates et lauréats ont reçu un prix personnel de 3000 euros remis par Philippe Combette et Magali Roubieu, directrice des projets structurants de l’UM. Xavier Garric, enseignant-chercheur et prix de l’innovation 2019 a partagé son expérience réussie de cofondateur et conseiller scientifique de la société WOMED spécialisée dans le traitement de l’infertilité féminine.

Les cinq Prix de l’innovation 2021 sont :

Pôle Biologie-santé

Alain THIERRY, Chercheur à l’Inserm (UMR IRCM – Institut de Recherche en Cancérologie de Montpellier)

Alain Thierry est actuellement directeur de recherche Inserm au sein de l’IRCM et dirige l’équipe « Biomarqueurs de Médecine de Précision en Oncologie ». Il y a 15 ans, il a démarré des travaux fondamentaux sur l’ADN circulant qui ont rapidement révélé de forts potentiels d’applications cliniques et d’innovations. Ces travaux permettent aujourd’hui de déterminer le choix du traitement, détecter la maladie résiduelle après chirurgie, surveiller la récurrence, détecter la résistance au traitement. L’équipe d’Alain Thierry est considérée comme appartenant aux meilleures équipes dans le monde dans ce domaine.

Pôle Sciences sociales

Sophie SPRING, Enseignante-chercheuse à l’Université de Montpellier (UMR MRM – Montpellier Recherche en Management)

Sophie Spring a conçu un serious game dédié à la sensibilisation des porteurs de projets d’entreprise aux enjeux de la responsabilité sociale et environnementale (RSE). Incubagame est un jeu gratuit, ouvert à tous, téléchargeable sur ordinateur, téléphone ou tablette. Les expériences de jeu sont illimitées et offrent l’accès à des ressources pédagogiques simples et ergonomiques. L’objectif de ce jeu est la découverte des questions clés de la création d’entreprise (adéquation du projet au créateur, positionnement marché de l’offre, montage juridique et financier) en incluant des paramètres liés à la prise en compte des dimensions RSE dès la phase d’élaboration du projet.

Pôle Mathématiques, Informatique, Physiques et Systèmes

Vincent CREUZE, Enseignant-chercheur à l’Université de Montpellier (UMR LIRMM – Laboratoire d’informatique, de robotique et de microélectronique de Montpellier)

Les travaux de Vincent Creuze se concentrent sur les « petits » robots sous-marins de moins de 100 kg conçus au LIRMM. Ces innovations sont désormais utilisées quotidiennement par les archéologues français, jusqu’à 2.500 mètres de profondeur, aussi bien pour des missions scientifiques d’étude et de préservation du patrimoine, que pour des missions d’intérêt public. Vincent Creuze travaille depuis 2014 en collaboration avec le Ministère de la Culture, Département des Recherches Archéologiques Subaquatiques et Sous-Marines. Grâce à ces innovations, la France est actuellement le premier pays à exploiter au quotidien des robots spécialisés en archéologie sous-marine. Cette compétence française pour l’archéologie profonde est reconnue mondialement par les archéologues et les scientifiques et fait l’objet d’une couverture médiatique importante.

Pôle Agronomie – Environnement – Biodiversité

Magali GIES, Chercheuse post-doctorante au Cirad (UMR Qualisud)

Magali Gies, représentée lors de la remise des prix, a obtenu sa thèse en 2019 à l’Université de Montpellier, au cours de laquelle elle a développé un aliment fonctionnel à base de céréales fermentées, probiotique, végétal présentant un potentiel hypocholestérolémiant grâce à l’incorporation de phytostérols. La malnutrition/surnutrition est un enjeu mondial qui concerne toutes les populations, quels que soient les milieux sociaux. Cet aliment est donc destiné aux populations des nouveaux pays industrialisés, où la prévalence du syndrome métabolique est en croissance exponentielle. Aujourd’hui Magali Gies poursuit ses travaux au travers du projet PROMET (financement projet MUSE) en tant que post-doctorante au Cirad.

Pôle Chimie

Habib BELAID, Chercheur post-doctorant au CNRS (UMR IEM – Institut Européen des Membranes)

Habib Belaid est chercheur post-doctorant au sein de l’Institut Européen des Membranes (IEM) de Montpellier. Ses travaux concernent la synthèse et la caractérisation de biomatériaux pour des applications en santé. Ils ont permis de développer de nouvelles formulations de matériaux composites imprimables aux propriétés biocompatibles et bio-résorbables, mais aussi bioactifs et antibactériens. La mise sur le marché d’un nouveau produit et service permettra de répondre à une problématique de santé majeure dans le domaine de l’ingénierie tissulaire de l’os en odontologie et cancérologie.