Inscrit à l’Université de Montpellier en 1993 comme étudiant, Emmanuel Houzé n’a plus quitté la maison. Une stabilité accompagnée d’un perpétuel besoin de déplacement à l’international, pour se nourrir sans cesse de nouveaux projets. Rencontre avec le nouveau directeur de l’Institut d’Administration des Entreprises.

« Un pur produit de l’Université de Montpellier ». C’est ainsi que se définit Emmanuel Houzé. Il faut dire que le nouveau directeur de l’IAE est dans la maison depuis maintenant 28 ans : « je suis arrivé en 1993, quand le campus Richter a ouvert » se remémore l’enseignant-chercheur, responsable de la mention management des systèmes d’information. Une discipline à laquelle il arrive « par hasard », après un début en DEUG A où les mathématiques, la physique et la chimie ne le passionnent pas vraiment. Il découvre alors le management et se spécialise en système d’information. « Une discipline qui a commencé à émerger dans les années 70 et qui cherche à mieux comprendre les enjeux quand on déploie des technologies de l’information dans les entreprises », précise le spécialiste.

Précurseur

Cette discipline, Emmanuel Houzé y consacre son DEA à l’IAE avec Robert Reix, le fondateur de l’IAE Montpellier, « un enseignant passionnant ! C’est lui qui a favorisé la diffusion du management des systèmes d’information en France ». En 2000, l’étudiant d’alors soutient son doctorat portant sur les équipes virtuelles en management des systèmes d’information, « un thème complètement d’actualité avec cette pandémie qui a vu exploser le recours au télétravail ».

Après sa thèse, Emmanuel Houzé devient maître de conférences en 2001 dans un laboratoire qui deviendra Montpellier Recherche en Management et pérennise son investissement à l’IAE. A l’époque, le jeune chercheur monte, en collaboration avec La Poste, la première formation en apprentissage de l’IAE. « Nous avions alors 10 apprentis, aujourd’hui nous en avons 364 et nous travaillons avec 3 centres de formation des apprentis ». Pourquoi l’alternance ? « Parce que l’insertion professionnelle des étudiants passe d’une part par une formation académique, d’autre part par une formation professionnelle, il faut trouver les bons équilibres entre les deux ». Un équilibre visiblement atteint puisque l’IAE Montpellier affiche aujourd’hui un taux d’insertion professionnelle de 90 %, 6 mois après l’obtention du diplôme.

Responsabilités internationales

Rapidement, Emmanuel Houzé prend également des responsabilités à l’international, et monte notamment le tout premier double diplôme de l’IAE en commerce international avec l’Université de Burapha en Thaïlande, dont il a par la suite été fait docteur Honoris Causa. « En une année les étudiants obtiennent un diplôme des deux établissements, une politique que nous avons ensuite favorisée, avec 8 doubles diplômes actuellement ».

Cet investissement à l’international passe aussi, depuis 2017, par la gestion du programme Erasmus Capacity building intitulé Gecko. Un programme destiné à améliorer l’employabilité des étudiants en école d’ingénieur en leur amenant des compétences managériales, aux Philippines, en Indonésie et en Thaïlande, « pays qui n’intègrent pas beaucoup de cours de management dans leurs cursus en école d’ingénieur ». Pour Emmanuel Houzé, les projets internationaux sont « vitaux ». Vitaux mais chronophages : avec en moyenne 7 ou 8 déplacements internationaux en dehors de l’Union Européenne chaque année, l’enseignant-chercheur passe, où plutôt passait avant l’irruption du Covid, beaucoup de temps dans l’avion.

Envie d’innover

Une habitude à laquelle il lui faudra déroger dans les cinq ans à venir, faute de temps. Élu directeur de l’IAE le 21 juin, Emmanuel Houzé prendra en effet ses fonctions le 14 septembre, après avoir été directeur-adjoint de l’IAE  entre 2007 et 2016 puis de nouveau en 2020. « J’avais envie de contribuer modestement à l’IAE où j’ai beaucoup reçu, c’était une suite logique ».

Une nouvelle aventure qui passe par l’envie d’innover, notamment en passant un cap en digitalisation. « Je souhaite aller vers des modèles pédagogiques innovants en proposant une formule qui allie les cours en présentiel, en distanciel, et asynchrones, afin d’offrir davantage de souplesse et de flexibilité. Pour cela il nous faut comprendre les mutations actuelles qui font que les besoins de nos publics changent. Si dans 5 ans nous avons réussi à déployer ce modèle, alors ce sera un succès ». Rendez-vous en 2026…