Science

Mircea Sofonea : « La modélisation est une forme d’analyse quantitative de données comme une autre, non une pratique divinatoire »

Mircea Sofonea est épidémiologiste au sein du laboratoire Maladies Infectieuses et Vecteurs : Écologie, Génétique, Évolution et Contrôle (Mivegec[i]). Depuis bientôt un an sa discipline occupe le devant de la scène et le chercheur de Montpellier a été particulièrement sollicité par les médias. Il revient sur une année décidément particulière.

2021-02-25T16:33:15+01:0016 février 2021|, , |

Écologue, sa nature

La Société française d’écologie et d’évolution a décerné son grand prix 2020 à Philippe Jarne, chercheur CNRS au Centre d’écologie fonctionnelle et évolutive. Un prix qui récompense ses recherches en biologie évolutive et des populations, en biologie des invasions et en écologie. Portrait d’un spécialiste des gastéropodes.

2021-01-25T16:34:00+01:0019 janvier 2021|, , |

Les interactions intracellulaires entre protéines bientôt expliquées

Comment les protéines interagissent-elles au cœur des cellules ? Une épineuse question qui pourrait trouver sa réponse grâce aux travaux d’un consortium international dirigé par Jérémie Torrès, enseignant-chercheur à l’Institut d’Électronique et des Systèmes (IES) de l’Université de Montpellier. Lauréat du prestigieux appel européen FET-Open, ce projet repose sur le développement d’un biocapteur permettant de mesurer directement ces interactions à l’intérieur de cellules vivantes.

2021-01-21T11:49:02+01:0018 janvier 2021|, , , |

De l’habitat connecté de demain aux technologies du passé

Pour le huitième numéro de La science s’amuse, une émission co-produite par l’Université de Montpellier en collaboration avec Divergence-FM, nous vous proposons de rencontrer Anne-Sophie Cases, professeure à l’Institut d’administration des entreprises et nouvelle coordinatrice de HUT, Human at home project, qui nous parlera de l’avenir de l’habitat connecté.

2021-01-26T10:02:15+01:0014 janvier 2021|, , , |

« Si on ne change pas, ça recommencera »

« Totalement prévisible ». C’est ainsi que Serge Morand* caractérise la pandémie de Covid-19. Et c’est une bonne nouvelle : cela signifie que l’on sait comment limiter le risque d’épidémies futures. Explications de l’écologue et biologiste de l’évolution de l’Institut des sciences de l’évolution de Montpellier.

2020-12-03T15:44:35+01:007 janvier 2021|, , , , , |
Aller en haut