Bienvenue dans La Science s’aMuse, l’émission scientifique co-produite par l’UM et Divergence-FM, qui tout au long de l’année vous a emmené en croisière dans l’archipel des laboratoires Muse. Pour ce dernier numéro de la saison, Fabien Condamine, biologiste à l’Institut des sciences de l’évolution de Montpellier, nous parle de sa dernière étude publiée dans Nature Communications, sur le déclin des dinosaures.

Et pour cette dernière escale de la saison, cap sur un monde perdu ! Aujourd’hui nous vous offrons de l’aventure, de la science et du danger. Notre histoire se passe il y a 66 millions d’années. Alors que nous naviguons sur la mer de Tethys, entre Laurasie et le Gondwana, la Terre, elle, appartient aux tricératops, diplodocus et autres vélociraptors. Plus pour longtemps ! Un astéroïde d’environ 12 kilomètres de diamètre s’écrase dans la péninsule du Yucatan, provoquant un cataclysme mondial qui précipitera la chute de ces géants et des deux tiers des espèces peuplant la planète. Nous sommes au Crétacé et nous assistons alors à la fin de l’ère secondaire, autrement appelée ère Mésozoïque.

Un scénario tragique qui n’a cessé d’inspirer Hollywood, de Jurassic Park à l’Âge de glace, pour le plaisir d’un public inlassablement séduit par le destin de ces grosses bêtes. Sauf que… Si les dinosaures restent toujours bien vivants dans nos imaginaires, peut-être n’étaient-ils déjà plus si fringants au moment du drame ? En effet, une étude publiée le 30 juin dernier dans Nature Communications nous apprend que dix millions d’années avant leur extinction, le déclin de ces créatures fascinantes semblait déjà bien amorcé. La cause de cette lente disparition ? Une réorganisation de la circulation océanique, ayant entraîné une chute de 7 a 10 degrés de la température planétaire. Pour retracer le déroulement de ces « extinctions en cascade », Fabien Condamine et ses collègues de l’Isem ont eu recours au registre fossile et à une toute nouvelle méthode de modélisation statistique : le programme PyRate. Il nous en dit plus dans cette interview passionnante et long format.

À partir de la semaine prochaine, la grille d’été de Divergence-FM sur le 93.9 vous invite à réécouter La Science s’aMuse à la plage, au bord de la piscine, au pied d’un sommet ou en canoë, bref partout où le vent estival vous portera. Merci à tous de nous avoir suivis tout au long de cette saison. Rendez-vous en septembre pour un nouveau voyage.