Continuer à étudier à distance sans équipement informatique, faire face aux difficultés économiques quand on a perdu son job, certain·e.s étudiant·e.s. sont mis·e.s à rude épreuve durant la crise sanitaire que nous traversons. Pour maintenir l’égalité des chances entre toutes et tous et pour lutter contre la précarité, l’Université de Montpellier s’est, dès la mi-mars, organisée afin de poursuivre deux objectifs prioritaires : réduire la fracture numérique et répondre à l’urgence sociale.

Pour ce faire, le Fonds de Solidarité et de Développement des Initiatives étudiantes (FSDIE social) de l’UM, qui permet, en temps normal, d’apporter de l’aide aux étudiant·e·s les plus démuni·e.s, a été fortement utilisé et abondé par la Contribution Vie Étudiante et de Campus.

« La distanciation sociale, souvent évoquée, ne doit pas être une rupture sociale »

Philippe Augé, Président de l’Université de Montpellier

Réduire la fracture numérique

Pas d’ordinateur ?  La Région Occitanie se mobilise

Tous les étudiant·e.s ne disposent pas d’un ordinateur personnel. D’ordinaire, ils peuvent se rendre dans les Bibliothèques Interuniversitaires ouvertes sur de larges plages horaires pour en bénéficier. Mais que faire lorsque ces dernières sont fermées, et que l’ordinateur est devenu un outil indispensable ? En mettant 1500 ordinateurs portables à disposition des étudiant·e.s des établissements d’enseignement supérieur de son territoire, la Région Occitanie contribue à lutter contre la fracture numérique. Reçu le mercredi 15 avril 2020, le contingent d’ordinateurs portables réservé à l’Université de Montpellier est livré, au frais de l’université, au domicile des étudiant·e.s pour qu’elles/ils n’aient pas à se déplacer.  Un travail d’équipe entre les agents de la Direction du Système d’Information et du Numérique pour la réalisation d’une aide technique, de la Direction de la logistique et de la Direction de la Vie des Campus a permis les premières livraisons  dès le lendemain.

Peu de réseau ou plus de forfait ? L’Université de Montpellier aide les étudiant.e.s à accéder à Internet

L’accès aux services numériques mis en place par l’Université n’est pas toujours possible pour les étudiant·e·s qui, là encore faute de moyens, ne peuvent pas souscrire à un forfait internet. C’est également le cas pour celles et ceux qui sont confiné·e·s dans une zone peu couverte par le réseau internet. Aussi, l’Université de Montpellier propose aux étudiant·e·s en difficulté une aide financière exceptionnelle leur permettant de souscrire à un forfait internet, de modifier leur abonnement actuel ou encore d’acquérir une clé 4G.  D’ores et déjà, 57 étudiants ont bénéficié de cette mesure.

Répondre à l’Urgence sociale

Des problèmes financiers ? Les aides de l’UM et du CROUS pour subvenir aux  besoins des étudiant·e·s

Boursier·e·s ou non, les étudiant·e·s rencontrant des difficultés financières ont la possibilité de cumuler une aide du CROUS dénommée ASAP (aides spécifiques d’allocations ponctuelles) ainsi qu’une aide du FSDIE social de l’Université. Une aide équitable et adaptée, malgré l’urgence, octroyée collégialement par une commission dédiée. Par ailleurs, la fréquence des commissions du FSDIE social a été accrue et une procédure accélérée – toujours rigoureuse – a été mise en place pour attribuer au fil de l’eau et en moins de 24 heures des aides exceptionnelles aux demandes les plus urgentes, afin de ne laisser aucun.e étudiant.e sans toit ou sans nourriture.
Prochain objectif : pour gagner en efficacité, rendre systématique, sur présentation d’un justificatif, certaines aides visant par exemple à soutenir les étudiant·e·s qui ont perdu leur stage gratifié ou leur emploi.

En savoir plus :

À noter : les aides accordées au titre du FSDIE social sont analysées, sous couvert d’anonymat, par les assistantes sociales du CROUS. La commission dédiée au sein de l’Université, présidée par le Vice-Président Etudiant et la Vice Présidente déléguée à la Responsabilité Sociale, est composée notamment d’élus étudiants.

L’enjeu est de ne laisser de côté aucun·e étudiant·e. Au-delà des aides financières, d’autres actions ont été, ou sont conduites : par exemple, pour accompagner les étudiant·e.s en mobilité à l’étranger, en situation de handicap ou encore en proie au stress, et pour lutter contre l’isolement social (voir l’article dédié en cliquant ici) . Sous l’impulsion du Président, de la Vice-présidente déléguée à la Responsabilité Sociale et du Vice Président Étudiant, l’ensemble des directions et services centraux concernés ainsi que les UFR, École et Instituts se sont mobilisés pour aider au mieux les étudiant·e·s, en gardant comme valeurs, l’équité et la solidarité.