Cette semaine dans A LUM LA SCIENCE, Guillaume Maurin chercheur à l’Institut Charles Gerhardt de Montpellier est notre invité. Avec son équipe il vient de mettre au point une nouvelle membrane permettant d’améliorer le coût économique et écologique de la purification du gaz. En seconde partie, Bernard Mongellaz nous fait découvrir le laboratoire du froid de l’Université de Montpellier.

En France la consommation de gaz naturel représente 19,2% de la consommation énergétique finale. De toutes les énergies fossiles le gaz naturel peut être considéré comme un des moins polluant puisqu’il émet 25% de CO2 de moins que le pétrole et moitié moins que le charbon. Il n’émet pas non plus de poussières, de fumée, de métaux lourds ou de déchets.

Alors certes le gaz naturel n’est pas non plus ce qu’on pourrait appeler une énergie verte, a fortiori lorsqu’il s’agit des gaz de schistes, mais dans le contexte énergétique et géopolitique actuel il y a fort à parier que sa part dans le mix énergétique français va augmenter dans les années à venir.

D’autant qu’à côté des gaz naturels émerge une promesse au potentiel écologique nettement plus intéressant : les biogaz. Ils ne représentent actuellement qu’1% de la consommation en France mais une meilleure gestion de nos déchets conditionnée par une politique de tri efficace pourrait faire de cette filière une véritable alternative écologique.

Reste un problème à résoudre : les biogaz comme le gaz naturel ne peuvent être exploités dans leur état brut et nécessitent une étape de purification. Un process industriel coûteux énergétiquement et donc économiquement et écologiquement.

Guillaume Maurin est chercheur à l’Institut Charles Gerhardt de Montpellier. Dans le cadre d’une collaboration avec des équipes chinoises et saoudiennes, il vient de mettre au point une nouvelle membrane qui pourrait transformer ces process de purification du gaz naturel et du biogaz et réduire son coût énergétique. Leurs résultats viennent d’être publiés dans la revue Science et d’autres sont à venir dans Nature.

A lire :

En seconde partie d’émission nous restons dans le gaz puisque nous vous emmenons au laboratoire du froid ou Bertrand Mongellaz vous dit tout sur la liquéfaction d’un gaz indispensable à la pratique de la science : l’helium. Sa base secrète s’appelle le laboratoire du froid.