C’est officiel ! L’I-SITE Montpellier Université d’Excellence est pérennisé. Une grande nouvelle pour l’Université de Montpellier et ses 15 partenaires qui confirment ainsi la pertinence et la qualité des travaux entrepris collectivement depuis 2017. Une pérennisation accompagnée d’un maintien des financements indispensables pour assurer à l’université une place internationalement reconnue et relever les grands défis de demain.

Un peu plus de quatre ans après l’obtention du label « Initiative Science Innovation Territoire Economie » (I-SITE*), le projet MUSE a fait ses preuves en démontrant la force de mobilisation de tous à l’échelle du territoire. Collectivités, organismes de recherche, établissements de santé, écoles partenaires et entreprises, tous ont su s’unir autour de l’Université de Montpellier. « C’est une belle récompense pour le travail collectif entrepris par tous les scientifiques, enseignants-chercheurs, ingénieurs, personnels administratifs et étudiants du consortium MUSE » déclare Philippe Augé, président de l’UM.

Une dynamique inédite

« Nous avons su collectivement faire la démonstration de notre capacité à enclencher une dynamique inédite pour créer une grande université avec un rôle moteur pour son territoire et un rayonnement international affirmé » poursuit le président. Beaucoup d’efforts collectifs donc mais une pérennisation qui assoit ainsi la visibilité de l’Université de Montpellier à l’échelle nationale et internationale autour d’une identité forte tournée vers trois défis planétaires majeurs : la sécurité alimentaire, la protection de l’environnement et la santé humaine.

La nouvelle a également fait réagir la Région à travers la voix de sa présidente Carole Delga, pour qui cette décision « est la preuve du dynamisme et de l’excellence de la recherche à Montpellier et en Occitanie. Les travaux menés dans le cadre de MUSE sont fondamentaux pour l’avenir de notre planète et en adéquation avec les priorités stratégiques de la Région. Nous nous devons d’amener collectivement sur ces sujets une promesse pour les jeunes générations, une dynamique pour nos territoires. »

Passer les épreuves

Un happy end qui clôture donc 4 années de période probatoire jalonnées d’épreuves : une évaluation à mi-parcours intervenue fin 2019, une visite sur site fin 2021, et finalement l’audition par un jury international, le 19 janvier dernier, d’une délégation emmenée par Philippe Augé et composée d’Antoine Petit, PDG du CNRS, de Gilles Bloch, PDG de l’Inserm, d’Elisabeth Claverie de Saint Martin, PDG du Cirad et de François Pierrot, directeur exécutif de l’I-SITE MUSE.

Les membres du consortium ont présenté au jury international l’ensemble des actions entreprises pour construire une université internationalement reconnue :  impacts des programmes de soutien à la recherche, signature commune des publications scientifiques, innovations pédagogiques, collaborations avec le monde socio-économique ou encore attractivité internationale ou encore changements structurels avec le passage de l’UM en établissement public expérimental le 1er janvier dernier… Avec les résultats que l’on connait.

Construire une université internationalement reconnue

Classée parmi les leaders mondiaux en écologie selon le palmarès thématique de Shanghai depuis 2018, l’UM est également passée du top 400 au top 200 en deux ans dans le classement général de Shanghai et a été reconnue comme université la plus innovante à l’échelle nationale selon le classement mondial de Reuters publié en octobre 2019. L’accueil à Montpellier en octobre 2020 du Nouveau Sommet Afrique France incarné à l’Université par les Montpellier Global Days, est un parfait exemple de cette visibilité internationale qui la positionne comme le portail européen vers les Suds.

Pour François Pierrot, directeur exécutif de l’I-SITE MUSE. « Cette attractivité scientifique a en effet permis de créer un effet levier pour d’autres projets avec déjà de nombreux succès :  le projet ExposUM obtenu dans le cadre du Programme d’investissement d’avenir ExcellenceS, le programme SFRI IDIL en faveur de l’interdisciplinarité et de l’internationalisation de la formation ou encore le label de Pôle Universitaire d’Innovation et la mise en place des défis clés de la Région Occitanie. »

Et maintenant ?

La pérennisation définitive du label I-SITE sanctuarise la dotation de l’Etat (550 millions d’euros soit 16 millions d’euros par an) et permet de poursuivre la structuration du nouvel établissement public expérimental et de maintenir la trajectoire en lançant de nouvelles actions de soutien et de transformation sur l’ensemble des champs académiques pour continuer de construire ensemble, l’université de demain.

* Le dispositif IDEX/ISITE, imaginé en 2010 dans le cadre du Programme d’Investissements d’Avenir, vise à faire émerger en France un nombre limité d’universités de recherche sur des sites riches d’un potentiel scientifique remarquable et capables de créer une synergie entre universités, écoles, organismes de recherche, établissements de santé et entreprises.