A lire

A lire2020-09-30T14:19:03+01:00

Observer le deuil des babouins chacma

Le deuil ne s’arrête pas au seuil de la vie humaine. De nombreuses études rapportent les manifestations émotionnelles et physiologiques provoquées par la mort d’un proche chez les animaux. Illustration en Namibie où la primatologue montpelliéraine Elise Huchard explore le deuil des femelles babouins à la mort de leur petit.

25 mars 2021|, , |

L’UM lance le premier diplôme international sur le développement durable

L’Université de Montpellier ouvrira à la rentrée prochaine un diplôme d’établissement valant grade de Master, transdisciplinaire et international, en lien avec le développement durable. Il s’agit du premier diplôme de niveau Master délivré conjointement par cinq universités, membres de l’alliance d’Université européenne CHARM-EU.

23 mars 2021|, , , , , |

Voyage en droit public avec Pascale Idoux

Pascale Idoux est enseignante-chercheuse en droit public et parle de sa discipline comme d’autres des oiseaux : en vous faisant voyager. Le temps d’une heure passée entre les murs d’un bureau de la Faculté de droit et science politique, elle nous promène de l’Organisation européenne du droit public au cycle de formation de l’Institut de l’entreprise, en passant par le droit du nucléaire, l’Institut universitaire de France et bien sûr l’Université de Montpellier.

22 mars 2021|, , , |

# La Science s’aMuse : Du deuil des babouins chacma au conservatoire d’anatomie

Bienvenue dans La science s’aMuse, l’émission scientifique, co-produite par l’UM et Divergence-FM, qui vous emmène en croisière dans l’archipel des laboratoires Muse. Cette semaine Elise Huchard, primatologue à l’ISEM, nous fait observer le deuil des babouins chacma à la mort de leur petit. En seconde partie d’émission Marie-Angeline Pinail, régisseuse des collections, nous fait découvrir un lieu emblématique de la faculté de médecine : le conservatoire d’anatomie.

19 mars 2021|, , |

Un grain de sel dans l’éternité des pharaons

Du sel pour conserver ? Pas toujours… Et c’est bien là le problème des pharaons Osorkon II et Psousennès Ier dont l’éternité est aujourd’hui menacée. Leurs tombeaux, situés à Tanis dans le delta du Nil, subissent des altérations dues à la présence d’eaux salées dans leur maçonnerie. D’où proviennent ces eaux ? Un mystère sur lequel Séverin Pistre, chercheur à Hydrosciences Montpellier*, est parti enquêter.

18 mars 2021|, , , |
Aller en haut